• Jeudi, 09 Avril
  • 19:00 – 20:00 (CET)
  • Webinaire transform!
  • Réflexions à gauche sur la pandémie mondiale : Luciana Castellina

  • Visionnez l'intégralité du webinaire avec notre seconde invitée, Luciana Castellina, interviewée par Haris Golemis — ou écoutez-le en format podcast.

    Vidéo intégrale
    (en anglais)

    Le podcast
    (en anglais)

    Série de podcasts en coopération avec le site de gauche autrichien Mosaik.


    (plus d'info)(télécharger)(s'abonner)(partager)

     

    Les régions les plus affectées par la pandémie sont en Italie du Nord : Lombardie, Piémont et Émilie-Romagne. Et ce, alors même que les systèmes de soins du Nord fonctionnaient encore assez efficacement malgré les compressions en budget et en personnel des dernières décennies. Castellina explique donc l'impact du virus autrement, à savoir par la structure de l'économie dans ces régions. Celles-ci se caractérisent par un tissu économique composé de milliers de petites entreprises, des personnages officiels continuellement en voyage à travers le monde, enfin des niveaux de pollution très élevés dus à une combinaison d'industrialisation forte et de topographie particulière. Le gouvernement italien s'est heureusement empressé d'adopter des mesures préventives. Parmi celles-ci, il y a eu le confinement, pour lequel s'étaient battus les syndicats — par le lancement notamment d'un mouvement de grève afin de réclamer une meilleure protection de la santé au travail.

    Castellina enchaîne sur une critique de la position de Giorgio Agamben, lequel reproche aux mesures qui ont été prises de mener vers un état d'exception. Castellina estime que les vues d'Agamben sont caractéristiques d'une obsession occidentale pour les libertés individuelles ainsi que de la perte de tout sentiment d'appartenance communautaire. Elle dresse une comparaison avec la Chine où, lui semble-t-il, un tel sens communautaire perdure et où, raconte-t-elle, les citoyen·ne·s acceptent plus facilement le confinement imposé par le gouvernement.

    En pleine tragédie pandémique, Castellina garde son optimisme. Elle y voit une possibilité pour la gauche et les mouvements sociaux de bénéficier d'effets selon elle « positifs », tout au moins en Italie. D'une part, elle note un retour de la solidarité allant de pair avec un sentiment d'appartenance à une entité collective. D'autre part, elle constate avec espoir une prise de conscience accrue de l'importance de l'écologie et de la protection de la nature.

    Exprimant sa frustration quant au fait que certains États membres de l'UE n'ont pas agi solidairement avec les pays les plus touchés par le coronavirus, elle appelle à la construction d'un véritable sujet européen. Selon elle, celui-ci peut advenir avec l'aide des mouvements européens, de la mobilisation, des grèves et des médias.

    Luciana Castellina, cofondatrice du journal italien Il Manifesto et du parti politique Partito di Unità Proletaria, ancienne membre du Parlement européen où elle a présidé la commission Culture et Éducation et la commission Relations économiques extérieures, plusieurs fois élue représentante à la Chambre des députés italienne, ancienne présidente de l'académie italienne du cinéma Italcinema, auteure de nombreux livres, elle est l'une des figures de proue de la gauche italienne depuis les années 1970 jusqu'à nos jours. Parmi ses publications récentes : Manuale antiretorico dell’UE (2017) et Amori comunisti (2018).

    interviewée par
    Haris Golemis
    , économiste grec qui a travaillé pour le département de recherche de la Banque de Grèce. Golemis a été conseiller scientifique de la Fédération grecque des employé·e·s de banque et consultant pour le Centre des Nations Unies sur les sociétés transnationales (UNCTC). Militant politique depuis sa prime jeunesse, ancien membre du secrétariat politique ainsi que du comité central de Syriza, ancien directeur de l'institut Nicos-Poulantzas (1999-2017), il est aujourd'hui conseiller scientifique et stratégique auprès du conseil d'administration de transform! europe, et rédacteur en chef de la revue annuelle de transform!
    Modéré par
    Angelina Giannopoulou
    , facilitatrice à  transform! europe

    transform! europe, le réseau européen des fondations politiques et think tanks de la gauche radicale, présente une série d'entretiens avec des penseuses et penseurs de gauche pour débattre de questions essentielles et préparer l'avenir que nous avons l'ambition de construire.


Related articles