• Parution de l’EuroMemo 2015
  • Quel avenir pour l'Union européenne - Stagnation et polarisation ou nouvelles bases ?

  • 25 Feb 15
  • Comme les années précédentes, transform! Europe a pris la responsabilité de la production des versions imprimées de EuroMemomemorandum en anglais, français et allemand.

    Ainsi, nous espérons non seulement fournir une contribution utile au débat européen sur les alternatives sociales, économiques et écologiques, mais aussi aider à l'élaboration d'un vaste mouvement politique vers une autre Europe et un changement de rapport de forces en sa faveur.

    L’EuroMemorandum est édité par le groupe des économistes européens pour une politique économique alternative (EuroMemo groupe) et est soutenu par plus de 300 économistes.

    Please find the ePaper on the right in English (PDF).

    Pour commander la brochure, contacter par e-mail :

     

    Éditorial

    Comme chaque année, l'EuroMemorandum met en discussion une analyse approfondie et collective de la situation économique en Europe, en particulier dans les États membres de l'Union européenne. Comme cela est devenu une habitude depuis plusieurs années maintenant, le réseau transform! europe publie ce travail en plusieurs langues.

    Le contexte politique est nouveau. Les élections en Grèce à la fin janvier ont conduit à une large victoire du parti de gauche Syriza, suivie par la constitution d'un gouvernement dont l'objectif déclaré est de mettre fin au désastre qui a frappé le pays.

    La première vérité fondamentale que les dirigeants politiques de l'Union européenne doivent accepter est que, le 25 janvier, le peuple grec n'a pas seulement renvoyé un gouvernement en faillite mais aussi rejeté la politique d'austérité qui lui a été imposée. Cette vérité ne concerne pas seulement la Grèce, mais toute l'Europe. Elle signifie qu'une alternative à la politique d'austérité n'est plus seulement une possibilité scientifiquement fondée, mais qu'elle peut devenir une réalité politique en gagnant une majorité de façon démocratique.

    Le nouveau gouvernement grec a clairement fait savoir que, pour surmonter la catastrophe humanitaire dans laquelle le pays a été plongé par la politique d'austérité, il ne veut pas s'appuyer sur les impôts versés dans d'autres pays de l'UE, mais utiliser des ressources internes pour la reconstruction de l'économie. À cette fin, il a présenté un programme de lutte contre la corruption et l'évasion fiscale, ainsi que pour une fiscalité efficace et socialement juste. À cet égard, le gouvernement de Syriza pourrait être un exemple pour un changement de politique en Europe.

    Les orientations du gouvernement grec convergent avec les suggestions faites dans l'EuroMemo 2015 : « Des politiques spécifiques sont nécessaires pour reconstruire les capacités de production et pour améliorer la compétitivité des pays en déficit. Les politiques régionales et structurelles de l'Union européenne doivent être renforcées et élargies, et une nouvelle politique industrielle basée sur un important programme d'investissement public et privé est nécessaire (pour de plus amples détails, voir le chapitre 3).Des programmes de l'Union européenne pour soutenir et financer l'investissement privé dans les pays en déficit (et plus généralement dans les États de l'UE avec des niveaux de revenu faibles) sont également nécessaires.

    Ce dont la Grèce a besoin et qu'elle demande à l'UE et à ses États membres, et qui est son droit moral et politique, c'est le temps et la marge de manœuvre budgétaire et politique pour mettre en œuvre son programme.

    Reconnaître cela constitue une extraordinaire difficulté pour les élites dirigeantes en Europe. Le gouvernement Tsipras a été soumis à une énorme pression économique et politique de la part de l'Eurogroupe et de certains gouvernements pratiquement dès les premiers jours de son entrée en fonction. Cette pression vise à obtenir qu'il continue la politique précédente, pourtant en échec 

    Ce manque de respect pour la volonté démocratiquement exprimée par le peuple grec n'est pas acceptable. Elle a nourri la solidarité avec la Grèce bien au-delà du cercle des Usual suspects pour reprendre le titre d'un film de Bryan Singer. Des chercheurs renommés d'Europe et du monde, des mouvements sociaux, la Confédération syndicale internationale, les syndicats majoritaires dans de nombreux pays européens, des parlementaires de tous les partis progressistes, se sont prononcés en faveur d'une attitude constructive vis-à-vis du gouvernement Tsipras et de ses propositions.

    Mais ces réactions positives ne suffisent pas encore pour vaincre les pressions sur le nouveau gouvernement.

    L'Europe se trouve à la croisée des chemins. La direction qu'elle va prendre est l'objet d'un affrontement entre des options politiques opposées. Le risque de voir les mouvements nationalistes et populistes, et les partis de la droite radicale, augmenter leur influence est considérable. En même temps, il existe de nouvelles opportunités et possibilités. En ce sens, un débat d'idées ouvert est d'une particulière importance. L'EuroMemo est un outil indispensable et précieux pour cela.

    Walter Baier


    Coordinateur de transform! europe


    Février 2015