• ePaper
  • Sécurité et gauche en Europe. Vers un nouveau concept de sécurité à gauche.

  • Par Katerina Anastasiou , Axel Ruppert , Sofian Philip Naceur | 16 Jun 21
  • La sécurité est un besoin essentiel et une urgence fondamentale pour tout individu notamment en cas de guerre, de conflit armé, de violence policière, de crime haineux ou de violence domestique. Or, les débats sécuritaires sont surtout dictés par la droite — tandis qu'au nom de la sécurité sont menées des politiques répressives et discriminatoires.

    On attendait depuis longtemps la mise en route d'un nouveau concept global de sécurité à gauche. Or, la chose est à la fois possible et réalisable, comme le démontre cette publication Sécurité et gauche en Europe de la fondation Rosa-Luxemburg de Bruxelles et transform! europe. Le rapport rend compte d'une série de discussions qui se sont déroulées entre plus de 50 militant·e·s de 18 pays différents, représentant des partis progressistes et de gauche, des mouvements sociaux et des ONG. Ces discussions avaient pour objectif d'amorcer le débat et de poser les pierres angulaires d'une nouvelle approche intersectionnelle en matière de sécurité à gauche.

    En vue de stimuler les échanges et permettre le développement d'un concept de sécurité dans une perspective de gauche, une série d'ateliers avait été conçue, puis animée au second semestre 2020, par Katerina Anastasiou (transform! europe) et Axel Ruppert (bureau de Bruxelles de la fondation Rosa-Luxemburg). Militant dans des partis progressistes et de gauche, des ONG et des mouvements citoyens, les participant·e·s ont ainsi convergé dans les cinq ateliers pour discuter à la fois de la sécurité, de sa conception et de son usage en politique contemporaine.

    Les cinq ateliers visaient à promouvoir une discussion intersectionnelle et transnationale sur la paix et la sécurité au prisme des enjeux et mouvements actuels (mouvements féministes, antiracistes, écologiques, droits numériques et pacifistes). Ils portaient donc sur des sujets spécifiques et ont abordé la sécurité en lien à 1) la militarisation et la prévention des conflits, 2) la crise climatique et la justice climatique, 3) la migration et l'antiracisme et 4) la démocratie et les droits fondamentaux. Tout au long du processus ainsi encadré ont été posées les questions suivantes : Que signifie la sécurité dans le contexte de ces diverses thématiques ? Que peuvent nous apprendre les mouvements citoyens, les universitaires et les membres des partis de gauche ? Comment la sécurité est-elle débattue dans différentes parties d'Europe ? Quelles synergies et convergences se dégagent entre acteurs progressistes de la société civile quant à un concept de sécurité de gauche ?

    Dans la présente publication, les auteur·rices ont eu l'ambition de documenter les ateliers et leurs résultats, de rendre compte des approches intersectionnelles, contradictions et lacunes des positions actuelles sur le thème de la sécurité, et de mettre en avant diverses considérations et questions préalables au développement d'un concept de sécurité qui serait produit par la gauche et élaboré à partir de ses perspectives. Sofian Philip Naceur s'est attelé à la rédaction d'un point de vue sur les débats.

    Vous trouverez l'ePaper à droite ou bien ci-dessous (smartphones) dans la rubrique « Documentation » (PDF en anglais).

    Table des matières

    Préface d'Axel Ruppert et Katerina Anastasiou
    1. Vers un nouveau concept de sécurité : la série d'ateliers 2020 en bref
    2. Série d'ateliers 2020 : transformer le discours sur la sécurité

    2.1 Atelier introductif
    2.2 Militarisation et prévention des conflits
    2.3 Crise climatique et justice climatique
    2.4 Migration et (anti-)racisme
    2.5 Démocratie et droits fondamentaux

    3. Vers un nouveau concept de sécurité : Comment stimuler un nouveau discours sur la sécurité ?

    3.1 Luttes et défis communs aux mouvements et aux pays
    3.2 Contrer les récits dominants : campagnes victorieuses et bonnes pratiques
    3.3 Stratégies et approches possibles pour des actions et campagnes conjointes

    Conclusions et perspectives