• Compte rendu de conférence
  • TWT 2019 : Au Royaume-Uni, la gauche veut la transformation !

  • Auteur Haris Golemis , Angelina Giannopoulou | 06 Dec 19 | Posted under: Grande-Bretagne , Alternatives européennes , La gauche , Stratégies de transformation
  • The World Transformed (TWT), festival politique de gauche le plus connu et le plus couru du Royaume-Uni, a fêté sa 4e édition, – avec le soutien renouvelé de transform! europe. TWT a abordé des thèmes brûlants pour la gauche, selon des méthodes de travail exemplaires. Compte rendu de Haris Golemis et Angelina Giannopoulou.

    Le TWT se déroule chaque année en parallèle de la Conférence du Parti travailliste dans le but de créer des ponts entre la politique traditionnelle travailliste et le mouvement récent qui a émergé autour du renouveau radical du parti sous la direction de Corbyn. L'édition 2019 a accueilli 180 séances, – ateliers, événements artistiques, débats autour d’invités, soirées et laboratoires d’élaboration politique, – en 14 lieux différents de la ville de Brighton.

    transform! europe est de nouveau partenaire officiel du festival mais aussi de TWT365, le projet d'éducation politique lancé en 2019 par les organisateurs de The World Transformed dans une perspective de long terme. Ensemble avec TWT, transform! europe a coorganisé deux sessions très réussies lors du festival, l'une sous le titre « Économie pour tou·te·s », avec John McDonnell parmi les principaux orateurs, l'autre traitant de « Comment gagner les prochaines élections ».

    Outre John McDonnell, la session « Économie pour tou·te·s » a accueilli Faiza Shaheen (directrice du Centre for Labor and Social Studies - CLASS), Rafeef Ziadah (militante des droits de l'homme palestino-canadienne et maîtresse de conférence en politique comparée du Moyen-Orient à SOAS University), Asad Rehman (directeur exécutif de War on Want) et Gracie Mae Bradley (directrice politique de campagne à Liberty). Les propositions formulées par les orateurs et oratrices peuvent être résumées comme suit :

    - Réorganiser le système de retraite. Dans le système actuel, un million de retraités vivent au Royaume-Uni dans une pauvreté extrême.
    - Rechercher des réponses au problème du travail précaire. Il faudrait notamment abolir les contrats « zéro heure » qui emploient actuellement plus d'un million de personnes, – principalement dans la jeune génération.
    - Faire passer le salaire minimum légal à 10 livres de l’heure.
    - Augmenter drastiquement les investissements publics.
    - Renationaliser les services publics, avec participation des travailleurs et contrôle démocratique. 
    - Financer une « révolution industrielle verte » par une taxation accrue des riches et par l'émission d'obligations vertes (green bonds).
    - Monter des groupes de réflexion qui se consacreraient à des travaux de recherches choisis et plancheraient sur le thème de l'éducation politique afin que les idées progressistes accèdent à l'hégémonie gramscienne dans le peuple.
    - faire du Forum social international un forum permanent en raison de son énorme succès depuis sa création sous le parrainage du Parti travailliste en juillet dernier. Dans ce cadre, les partis, mais aussi les syndicats et les mouvements sociaux, devraient se donner notamment pour objectif la modification voire le remplacement des institutions mondiales existantes.  

    Également, les intervenants se sont penchés en profondeur sur les enjeux de classe, race et ethnicité. Des questions passionnantes ont été soulevées, notamment le rôle de l'État dans la marginalisation et la discrimination de la classe ouvrière, la politique migratoire du Parti travailliste, la nécessité de démanteler l'économie de guerre, les problèmes culturels concernant la classe ouvrière multiethnique, ou encore le rôle clé de l'exploitation coloniale dans la création de l’Empire britannique.

    La session « Comment gagner les prochaines élections », a donné la parole à Becka Hudson (chercheuse et militante, travaillant entre autres sur criminalisation et antifascisme), Becky Bond (cofondatrice du cabinet de conseil radical The Social Practice et ancienne conseillère de l’équipe de Bernie Sanders pour la campagne 2016), James Meadway (économiste, ancien conseiller auprès du chancelier du cabinet fantôme John McDonnell), Ali Milani (immigrant iranien musulman, candidat travailliste aux législatives dans la circonscription d’Uxbridge et South Ruislip contre Boris Johnson) et Owen Jones (chroniqueur au Guardian et auteur). L’événement visait à encourager les partisans du Parti travailliste à se battre porte à porte pour une victoire à chacune des élections sans se préoccuper des sondages d'opinion défavorables. Parmi les nombreuses questions provocantes abordées, les suivantes étaient peut-être les plus intéressantes :

    - Le danger que le dogme du maintien de l’ordre (law and order) prôné par Johnson gagne la faveur des électeurs. Le Parti travailliste doit essayer de le déconstruire en montrant que la solution policière n’est pas une garantie de sécurité. Ce qui est nécessaire, c'est d'éliminer les causes sociales des activités criminelles.
    - La nécessité de ne pas s’aliéner les « classes moyennes », sans pour autant abandonner la radicalité du Parti travailliste telle qu'exprimée dans son programme. Une façon d'y arriver serait de montrer que les hommes et femmes politiques travaillistes se préoccupent des besoins des gens et « vivent tout comme eux », tandis que les politiques que mènent les conservateurs sont au contraire défavorables à leurs intérêts concrets.
    - Le besoin d'attirer tant les votes des jeunes que ceux des retraités. C’est une tâche difficile mais réalisable. Dans tous les cas, la priorité va aux votes de la jeune génération.
    - Le problème de la forte abstention chez les jeunes. Une façon de lutter contre pourrait être d'abaisser l'âge de vote de 18 à 16 ans.
    - L'importance de l'éducation politique, dès l'école.
    - Le caractère essentiel de l'organisation et de la mobilisation pour gagner les élections. Il faudrait dès maintenant que 8 % des 500 000 membres du Parti travailliste commencent à « frapper aux portes » pour recenser les besoins de l'électorat et exhorter celui-ci au dialogue afin que toutes et tous soient réellement partie prenante des élections. Plus généralement, il faut que le parti soit actif dans la communauté en tout temps, – un enjeu y compris au sortir d'une victoire électorale.
    - La nécessité de maintenir l'anti-impérialisme comme une revendication travailliste, – une des raisons de la popularité de Corbyn. Les gens en ont marre des guerres, ils n'en veulent plus.
    - La poursuite du socialisme comme objectif légitime, – une légitimité démontrée par la campagne de Sanders lors des primaires du Parti démocrate aux États-Unis en 2016.
    - L'importance pour les travaillistes de prendre position dans la guerre culturelle qui se déroule actuellement en Grande-Bretagne, à l'instar de ce qu'a fait Sanders durant sa campagne.
    - La nécessité d'une redistribution non seulement des richesses, mais aussi des pouvoirs. « Donner le pouvoir au peuple. »
    - Le besoin pour les partis de se moderniser et d'établir des liens avec des groupes non affiliés.

    Outre ces tables rondes, transform! europe a aussi coorganisé un atelier sur l'éducation politique qui a été structuré comme une session de formation, ensemble avec TWT et la Fondation Rosa-Luxemburg. L'atelier « L'éducation politique transformée » a de surcroît servi d’atelier pilote pour une série de sessions de formation qui doivent se tenir cette année dans le cadre de TWT365. La formation visant à former des éducateurs, les participants étaient des personnes ayant précédemment exprimé leur intérêt pour le thème de l'éducation politique et celui de l'organisation d'un événement d'éducation politique par un individu et/ou une organisation. Les sessions de formation doivent s'inscrire dans une approche décentralisée du travail politique et sont à mener particulièrement là où les enjeux sont les plus forts pour les organisations de base en termes d’implication active utile pour une victoire locale ou gouvernementale travailliste. L'auditoire étant très diversifié en termes d'âge, de provenance politique et d'expérience, les questions n’ont pas pu être très approfondies. Cependant, dans des sessions ou ateliers similaires avec des groupes de participants plus homogénéisés, le contenu a su atteindre des niveaux d’analyse politique avancés et les participants ont pu débattre de sujets plus polémiques et complexes.

    L'atelier a par ailleurs été l'occasion pour TWT de présenter sa plateforme numérique Digital Hub, un aspect essentiel du projet TWT365 que nous soutenons également à transform!. Le Digital Hub, en tant que plateforme d'éducation politique, est une bibliothèque numérique rassemblant des ressources pédagogiques déjà existantes, nombreuses et diverses, mises à disposition des initiatives de gauche en faveur de l'éducation politique. La plateforme hébergera aussi des ateliers et des programmes construits sur mesure, que les organisateurs pourront utiliser pour organiser leurs propres événements et formations. Le Digital Hub fournira enfin aux organisateurs des boîtes à outils leur permettant de développer leurs « clubs socialistes » en propre ou encore d'organiser des événements isolés. 

    L'un des aspects les plus passionnants du festival The World Transformed n'était pas dans la variété des sujets abordés, ni dans la participation et la fréquentation massives, mais dans la façon dont chaque événement, session, tribune, atelier ou laboratoire était organisé et structuré. Les organisateurs avaient choisi en effet de consacrer une grande partie de leur temps et de leur énergie à structurer les événements dans un esprit participatif, innovant, démocratique et attrayant. C'est une leçon pour nous tou·te·s, membres de la gauche politique qui organisons événements et débats. Le festival nous apprend à dépasser le stade des tribunes et tables rondes à l'ancienne, où le public reste généralement cantonné à un rôle passif au lieu d'être inclus en tant qu'acteur capable d'influer sur le débat et les résultats.


Related articles