• Femmes, travail, crise économique et droit du travail en Espagne
  • De mal en pis

  • Auteur Adoración Guamán | 05 May 15 | Posted under: Espagne , Precariousness
  • Comme chacun le sait, l'Espagne et le marché du travail du pays en particulier, ont été profondément atteints non seulement par la crise économique et politique, mais aussi par des mesures d'austérité. La hausse du chômage a été spectaculaire, tout comme l'augmentation de l'inégalité sociale et l’augmentation du risque de pauvreté : le taux de chômage est passé de 8,2% en 2008 à 26% en 2013 et 24% en 2014.

     

    Ce grand recul affecte les femmes et les hommes différemment, et il a eu un impact sur un certain nombre de déséquilibres entre les genres. Certains écarts entre les genres ont été réduits (au moins quantitativement), mais il y en a surtout d'autres qui ont augmenté. Comme l’ont montré de nombreux auteurs, les reculs conduisent toujours à une aggravation des conditions de travail des employés de sexe féminin. Les femmes mettent plus de temps que les hommes à trouver une issue hors des crises de chômage et elles doivent aussi composer avec des salaires plus bas, des emplois plus précaires, plus d'emplois à temps partiel et une plus grande présence dans l'économie informelle.

    Réduction négative de l'écart entre les genres

    Depuis 2012 plusieurs analystes importants, y compris des experts gouvernementaux, ont souligné une sorte de convergence entre la situation des hommes et des femmes en ce qui concerne l'emploi et le chômage. Il est vrai que la réalité des femmes sur le marché du travail espagnol a considérablement changé par rapport à la situation dans le passé. Pour la dernière décennie, le nombre de femmes qui décident d'entrer sur le marché du travail est passé de 40% en 2002 à 53,3% en 2013, augmentant même pendant les pires années de la crise. Il est en outre indéniable que la baisse du taux d'emploi des femmes a été moins grave que celle des hommes. Si nous regardons de plus près les taux de chômage, nous pouvons voir que, entre 2006 et 2013 le taux de chômage des hommes est passé de 6,4% à 25,8%, tandis que pour la même période l'évolution du chômage chez les femmes est passé de 11,3% en 2006 à 27% en 2013.

    Légère reprise pour les hommes

    Ces données montrent sans aucun doute une réduction de l'écart entre les gens’estes en ce qui concerne le processus d'entrée sur le marché du travail. Mais il est également évident que ce phénomène ne s’est pas fondamentalement produit en raison d'une amélioration de la situation des femmes, mais en raison d'une aggravation de la situation pour les hommes. En outre, lorsqu'on examine les statistiques, nous constatons qu’aujourd’hui, le niveau d'emploi des hommes se redresse plus rapidement que celui des femmes. En fait, après avoir atteint un pic de chômage en 2013, le taux masculin a diminué de deux points au cours d'une année, tandis que le taux de chômage des femmes, au contraire, augmente de nouveau. Ce n’est pas un phénomène exclusivement lié au marché du travail espagnol ; c’est une tendance internationale. Comme l'a souligné l'OIT, « le début de la crise a vu un rapprochement modéré de l'écart de chômage entre les genres, principalement parce que les pertes d'emplois ont été concentrées dans les industries dominées par les hommes ». En fait, le léger processus de récupération réelle de l'emploi s’est essentiellement produit dans les secteurs où sont employés principalement des hommes (par exemple, la construction), la réélargissant l'écart entre les genres.

    Mais le chômage est pas le problème le plus pressant pour le marché du travail espagnol et ses travailleuses. Les travailleurs en situation de précarité y restent - et c’est particulièrement vrai pour les femmes.

    La précarité est là pour y rester

    Nous pourrions définir «précarité» comme « l'ensemble des conditions matérielles et symboliques qui déterminent une vie d'incertitude par rapport à l'accès durable aux ressources essentielles pour l'épanouissement de la vie » (Precarias a la Deriva, A la deriva por los circuitos de la precariedad femenina, Madrid: Traficantes de Sueños, 2004). Comme le soulignent ses auteurs, cette définition est dynamique : elle reflète une situation, mais décrit également la condition traditionnelle des femmes dans le marché du travail capitaliste. Cette condition, la vulnérabilité, est aujourd'hui partagée par nombre de travailleurs masculins et féminins.

    Le travail précaire est non seulement une conséquence d'un ensemble de facteurs, mais aussi un outil utilisé par les employeurs pour reporter les risques et les responsabilités sur les travailleurs. Le travail précaire, existant à la fois dans le secteur formel et les économies informelles, est caractérisé par l'incertitude et l'insécurité provoquées par, par exemple, les contrats temporaires, les agences de travail temporaire, le travail à temps partiel, les contrats de formation, les bas salaires, la faiblesse des pensions, et même des difficultés à rejoindre un syndicat et à accéder aux droits de négociation collective ou à l'utilisation majoritaire par les femmes des mesures de conciliation existantes, et l'absence de mesures efficaces de co-responsabilité.

    Les mesures d'austérité aggravent les discriminations de genre

    Chaque réforme du droit du travail depuis 2010 a aggravé ces exemples de précarité, et il faut rappeler que ces réformes ont été faites selon les recommandations nationales spécifiques dictées par le Conseil de l'Union européenne. Après un examen plus approfondi des principales catégories « précaires », nous découvrons que les femmes ont plus de contrats de formation (28 880 contrats de formation entre 2012 et 2014 pour les femmes et 13 700 pour les hommes) et plus de travail à temps partiel (en 2013, 26,28% des embauches de femmes se sont faites sous contrat à temps partiel ; 73,35% du total des contrats à temps partiel sont le fait des femmes). En outre, l'écart salarial en Espagne est passé de 16,1% à 19,3% entre 2008 et 2013, et la pension de retraite moyenne est de 1288 euros pour les hommes et de 874 euros pour les femmes. Avec ces conditions de travail, nous constatons que le congé de parentalité est la plupart du temps pris par les femmes tandis que moins de 2% des hommes choisissent de prendre un congé parental. En Espagne, les travailleurs ont également accès à un congé de paternité, cependant, ce congé ne dure que 13 jours. On retrouve le même fossé entre les genres si l'on observe l'utilisation de certaines formes de congé pour prendre soin des enfants ou des parents. En 2013, 94,5% de ceux qui ont pris un congé pour prendre soin de leurs enfants étaient des femmes. Parmi ceux qui ont pris un congé pour donner des soins aux parents, 85,2% étaient des femmes.

    Demandes de changement à travers un processus constituant

    Cette situation montre clairement que les anciennes politiques publiques espagnoles visant à l'égalité ont échoué et que les nouvelles politiques en rapport avec les mesures d'austérité aggravent la discrimination entre les genres. Surmonter cette situation exige des mesures plus fermes. Juridiquement parlant, il faut un changement profond de notre cadre constitutionnel et juridique pour obtenir la reconnaissance et le respect des droits des travailleurs et supprimer la division de genre du travail en supprimant, de jure et de facto, les obstacles réels dans le comportement des employeurs et des travailleurs. Pour ce faire, des dispositions constitutionnelles et juridiques devraient, par exemple, être orientés, d'une part, de façon à éviter la précarité, mettre en œuvre des garanties pour assurer un travail dans des conditions de dignité et de la stabilité, fournir une protection particulière aux catégories de travailleurs déjà discriminées (en ce sens, Izquierda Unida et la Fondation pour une Europe des citoyens développent une proposition de « garantie d'emploi ») ; d'autre part, il est nécessaire de mettre en œuvre des dispositions qui nous permettent de promouvoir la co-responsabilité dans le travail des soins au niveau constitutionnel afin de modifier la division de genre du travail. Ces deux conditions peuvent être atteintes grâce à un processus constituant, qui est l'une de noss propositions politiques les plus importantes en Espagne.


Related articles

Espagne
  • Article by our member organisation "Fundación por la Europa de los Ciudadanos" on the political landscape in Spain three months before the European Elections
  • Spanish Turmoil

  • Auteur Javier Moreno | 11 Feb 19

Precariousness