• Opinion
  • Scénario de changement politique en Espagne

  • Auteur Pedro Chaves Giraldo | 28 May 15 | Posted under: Espagne , Élections
  • La conclusion la plus importante et immédiate des élections locales et régionales qui ont eu lieu le 24 mai en Espagne est un scénario politique sans précédent dans notre pays ; la nouvelle carte politique et de représentation crée des attentes réalistes pour un vrai changement en Espagne.

    L'aile droite du Parti Populaire a réussi à maintenir son statut de parti en tête du scrutin, mais ce n'est pas très significatif. Il a perdu plus de deux millions et demi de voix d'une élection à l'autre, et plus de dix pour cent des votes. Alors que le gouvernement du PP a obtenu 45,7% des municipalités du pays et 37,54% des voix dans les élections de 2011, ce pourcentage est maintenant tombé à 27%. Et enfin, il a perdu la majorité absolue dans toutes les communautés autonomes qu’il a gouvernées. Cela signifie que le parti qui a mené la politique d'austérité avec une poigne de fer, qui a fait les coupes budgétaires, et qui a provoqué une baisse considérable de la qualité du niveau de vie dans notre société a payé un prix électoral important.

    Il est également important d'ajouter que c’est la première fois que la corruption a eu des répercussions électorales. Un fait choquant depuis les élections de 2011 était que les politiciens corrompus obtenaient un nombre de voix égal ou supérieur à la moyenne électorale de leurs partis. Il semble que ce phénomène ait pris fin, et c’est très important en termes de culture politique.

    Un deuxième aspect important est l’affaiblissement de ce qui a été la référence de la politique de transition en Espagne : le système bipartite qui est vu comme le virage et la convergence entre le PP et le PSOE dans la politique espagnole. La somme des votes des deux partis en est arrivé à représenter plus de 85% du total des voix des les scrutins successifs aux élections générales, locales ou régionales.

    Cette fois la somme des voix des deux formations est de 52%, poursuivant la tendance commencée aux dernières élections européennes. Cette situation ouvre un nouveau scénario au niveau local et régional : la fragmentation de la représentation et des gouvernements de coalition. Le temps viendra de connaître le positionnement des nouveaux acteurs (Podemos et Ciudadanos, en particulier) dans l'axe gauche-droite.

    L'une des variables à ne pas oublier est la possibilité d'accords entre le PSOE et le PP au nom de la gouvernance et de « l'intérêt général de l'Espagne » contre la menace imaginaire de l'instabilité institutionnelle.

    La tentative pour empêcher le transfert des votes entre les blocs politiques avec la création de Ciudadanos a eu moins d'effet que prévu. Enfin, Ciudadanos, un parti de droite conduit par les puissances économiques (il est connu comme le parti de l'Ibex 35, l'indice boursier des grandes entreprises qui opèrent sur le marché boursier en Espagne) et créé pour éviter que le mécontentement social se transforme en un vote pour les options de gauche, a obtenu des résultats très modestes par rapport aux prévisions des sondages. Cependant, leur rôle sera important dans les communautés clés telles que Madrid, La Rioja et Murcie.

    Podemos a obtenu d'excellents résultats pour sa première apparition dans les élections de ce genre: il est consolidé en tant que troisième ou quatrième force électorale et devient la clé du changement politique dans les communautés telles que Madrid, Pais Valencia, Iles Baléares, Castilla-La Mancha et Aragón. Mais il y a deux observations à faire, d'abord, que les résultats sont inférieurs aux sondages d'opinion et aux attentes que le parti avait soulevées au sujet de cette élection. La deuxième est qu'il n’est pas la seule force qui a progressé dans les votes, en présence et en plaidoyer politique. Considérant le statut multinational de notre pays, nous ne pouvons pas ignorer le compromís dans la Communauté de Valence ou Mes dans les îles Baléares ou Geroa Bai ou Bildu en Navarre (Pays Basque, Catalogne, Galice et Andalousie où les élections locales ont eu lieu). En fait, tant dans la Communauté de Valence et de Navarre, nous voyons que Podemos est derrière les forces nationalistes de gauche et dans les îles Baléares, il est seulement légèrement au-dessus des partis nationalistes. Il est intéressant de voir que Podemos ne peut pas rivaliser avec l'espace nationaliste de gauche où les nationalistes de gauche ont une présence et sont renforcés.

    Un autre résultat extrêmement stimulant est le fait que les candidatures de confluence sociale et politique ont réussi aux élections municipales. Dans des villes comme Madrid, Barcelone et Saragosse, elles sont devenues la première ou la deuxième force et ont amélioré les résultats des autres forces alternatives de gauche en conflit presque partout.

    Izquierda Unida a obtenu d'excellents résultats aux élections municipales - plus d'un million et demi de votes et plus de 7% et a le même nombre de conseillers locaux qu’aux dernières élections - et des résultats décevants aux élections régionales.

    Ce qui est important, à mon avis, c’est qu’un nouvel espace pour le changement politique est en cours de création dans notre pays avec d'innombrables possibilités grâce à la convergence et aux accords des forces politiques par le biais de la gauche alternative. Nous avons la responsabilité d'assurer le succès des rêves de changement de la société de la gauche en Espagne qui veut clairement un changement politique. Des expressions telles que l'Unité populaire, Convergence sociale et politique et d'autres, montrent qu'il est essentiel de parvenir à cette convergence.

    Voir aussi d'autres articles sur les élections espagnoles :

    Ce qui se passe en Espagne

    Par Martin Lucea


    Communes conquérir Barcelone! Une victoire de David sur Goliath

    Par Mayo Fuster Morell


Related articles

Espagne

Élections