• Appel à communications (date limite 1er novembre )
  • Travail et contrainte : le travail forcé dans le domaine domestique, des services, de l’agriculture, à l'usine et du travail du sexe, dans les années 1850 à 2000

  • 22 Sep 13 Posted under: Histoire
  • La Conférence internationale d'Histoire ouvrière et sociale (ITH) annonce la 50e Conférence à Linz, Autriche, du 25 au 28 septembre 2014.

     

    Groupe préparatoire

    Prof. Dirk Hoerder (Salzbourg, Autriche)

    Prof. Marcel van der Linden (Institut International d'Histoire Sociale, Amsterdam)

    Dr. Magaly Rodríguez García (Vrije Universiteit Bruxelles)

    Dr. Elise van Nederveen Meerkerk (Université de Wageningen)

    Pour l'ITH : Mag. Eva Himmelstoss, Univ.- Doz . Le Dr Berthold Unfried (Institut d'histoire économique et sociale de l'Université de Vienne).

    Objectifs

    La conférence porte sur l'exploitation du travail humain dans le cadre du travail forcé et de la servitude pour dettes, qui, contrairement à l'esclavage, a peu intéressé les chercheurs. Malgré l'abolition progressive de l'esclavage (entendue comme la propriété légale de l'homme) au cours des XIXe et XXe siècles, d'autres formes de travail forcé ont persisté dans la plupart des régions du monde. En effet, alors que la plupart des pays condamnaient de plus en plus fortement l'esclavage et la traite des esclaves, ils toléraient les relations de travail impliquant un contrôle violent, l'exploitation économique par l'appropriation de la force de travail, la restriction de la liberté de mouvement des travailleurs et les titres de dette frauduleux. La conférence aborde donc les situations historiques de travail forcé dans le monde.

    Les objectifs de cette conférence sont de cinq ordres :

    - Écrire une histoire mondiale et comparative des structures politiques et institutionnelles et de genre, les conditions économiques et de travail dans le travail forcé, ainsi que l'évolution du travail forcé (intérieur ou transfrontalier) : migration des travailleurs masculins et féminins et rôle joué par les intermédiaires. En bref, tout ce qui concerne le travail forcé dans les parties colonisées du monde, les pays clés, les états post-impériaux, les nouvelles économies industrielles et autres pays à faible revenu.

    - Problématiser le travail forcé (croissant) et la mobilité du travail dans les territoires coloniaux, en Afrique et en Asie en particulier, et les relier à l'évolution de la législation et de la réglementation du travail au sein de l’Europe ainsi qu’à l'expansion du capital de l'Atlantique Nord à travers le monde .

    - Aborder les formes de travail forcé au XXe siècle, que ce soit par la détention dans des camps de travail ou la servitude pour dettes de travailleurs individuels dans les domaines de la production et des services à l’égard de créanciers (pour les frais de voyage) ou à l’égard d’employeurs particuliers (pour la durée de leur séjour).

    - Se demander si le modèle de travail forcé est justifié pour les relations systémiques employeur-employé en cas de contrainte ou si on peut / doit continuer à appliquer la différenciation de l'OIT entre travail forcé et conditions de travail inférieures aux normes ou soumises à l’exploitation. Ces questions sont liées aux termes et concepts de « force », « coercition » et « consentement », ainsi qu’à l'utilité des notions de « traite des êtres humains » et « d'esclavage moderne ».

    - Explorer les expériences et les aspects de l'action humaine ou de la résistance des travailleurs forcés / assujettis, prenant des initiatives ainsi que le silence ou l'action des acteurs non étatiques tels que les syndicats et les ONG.

    Structure et thèmes

    Dominantes :

    1 . Activité des hommes et des femmes sous la contrainte.

    2 . Survol historique des définitions de « esclavage », « travail forcé », « trafic » et « esclavage moderne », et leur évolution dans le domaine des organisations internationales gouvernementales et non gouvernementales .

    Section I - travail forcé dans le monde colonial et non -colonial (1850-1940) :

    Conditions de travail, relations employé-employeur et schémas migratoires (qui a été transporté et dans quelle direction) dans le cadre des systèmes de travail sous contrat, de la servitude pour dettes, du péonage, de la servitude, du travail forcé, etc. Les exemples sont les migrations de crédit -ticket du XXe siècle en provenance du Sud de la Chine, le travail contractuel imposé par l’empire britannique (et autres) entraînant des migrations sur de longues distances dans les macro-régions de l'océan Indien et la ceinture de plantation, des années 1830 aux années 1930 ; les régimes européens de travail forcé imposés aux hommes, aux femmes et aux enfants en particulier dans les colonies ; les migrations forcées des colonies vers l'Europe au cours de la Première Guerre mondiale (ce qu’on a appelé les « auxiliaires coloniaux »), et les formes de servitude involontaire (enfants) en Afrique, en Asie, en Amérique latine et aux États- Unis.

    Section II - Travail imposé politiquement sur les territoires nationaux :

    Les rapports de travail, les conditions de travail et l'activité des travailleurs envoyés dans des camps de concentration, les colonies de travail à distance ou dans des camps industriels sous le fascisme ou le stalinisme, au Japon pendant la Seconde Guerre mondiale, en tant que prisonniers ou sous péonage dans le (sud) des États-Unis, en Chine communiste, à Cuba, ou en tant que minorités persécutées, comme les Roms, ainsi que, de nos jours, l'utilisation par des entreprises occidentales du travail forcé des prisonniers politiques et autres, dans les régimes dictatoriaux ou autoritaires, nécessitent une étude plus approfondie .

    Section III - travail forcé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale :

    Le phénomène du travail forcé - souvent appelé « esclavage moderne » depuis les dernières décennies - concerne les questions de la division mondiale du travail, de l'inégalité économique, de genre et raciale. Bien que les chiffres et les définitions soient contestées par les universitaires, les experts de l'ONU et de l’OIT, selon les données officielles et non officielles les estimations vont de 17 à 27 millions de femmes, d'hommes et d'enfants dans le monde. Cette section cherche à inclure des documents contenant des informations empiriques sur la mesure dans laquelle la dette, les rapports de force et la pauvreté conduisent à réduire virtuellement en esclavage des personnes au travers d’un recrutement systématique par l'intimidation ou la menace de violence, le contrôle agressif des intermédiaires du travail comme les « coyotes », les « serpents » ou les proxénètes et / ou la mise en oeuvre brutale de la récupération de la dette après l'arrivée. Les expériences et les stratégies de résistance des travailleurs concernés seront essentielles pour mieux comprendre le niveau des contraintes de travail et / ou du consentement à l'emploi qu’on peut qualifier de «  3D » (dégoûtant, dangereux et dégradant).

    Discussion de conclusion :

    Débat général sur la pertinence des définitions actuelles utilisées par les États et les acteurs non étatiques, l'impact que de nouvelles recherches peuvent avoir sur les politiques et le développement ou l'adaptation des méthodes d'analyse qui peuvent faire progresser la connaissance du travail forcé, passé et présent.

     

    Appel à communications

    Les propositions de communication doivent tenir compte des thèmes de la conférence mentionnés ci-dessus dans les section I , II ou III et doivent comporter :

    Un résumé (300 mots maximum)

    La section thématique ciblée

    Une notice biographique (200 mots maximum)

    L’adresse complète et l’adresse e-mail

    Les séances seront consacrées aux recherches actuelles au niveau des thèses de doctorat et de recherche postdoctorale (en fonction de la qualité des résumés proposés) 

    Un effort particulier sera fait pour inclure des présentateurs de toutes les régions du monde et des chercheurs confirmés et débutants. La langue de la conférence sera l'anglais.

    Les organisateurs ne pourront pas rembourser les frais de déplacement ou d’hébergement à l'hôtel. Toutefois un fonds limité sera constitué pour que les universitaires ayant des moyens personnels insuffisants puissent faire une demande motivée de remboursement (partiel) des frais de déplacement. Les aides seront liées à un financement suffisant.

    Les frais d'inscription comprennent l'hébergement (en chambre double partagée fournie par l'ITH) et les repas. Les participants se chargeant de leur propre logement paieront un tarif réduit.

    --> Les propositions doivent être envoyées à Magaly Rodríguez García <mrodrigu@vub.ac.be>


    Calendrier :

    Date limite de soumission des propositions : 1er novembre 2013

    Notification d'acceptation : 1er décembre 2013

    Date limite pour les papiers complets : 1er août 2014

    Il est prévu de publier une sélection de documents de la conférence ; la date d’échéance pour les manuscrits définitifs est le 1er avril 2015.

    Contact :

    International Conference of Labour and Social History (ITH)
    1010 Vienne
    Wipplingerstr. 6-8
    Autriche
    ith@doew.at
    www.ith.or.at


Related articles