• « Wien Anders » et le Parlement viennois : comparaisons avec Podemos

  • Auteur Pablo Torija | 13 Oct 15 | Posted under: Autriche , Élections
  • «Wien Anders » , alliance de gauche des partis autrichiens inspirée par la nouvelle gauche européenne, souhaitait entrer au conseil municipal de Vienne. Peut-on comparer leur expérience à celle de Podemos ?

     

     

    Le 11 octobre, la ville de Vienne a élu un nouveau conseil municipal. Beaucoup de choses ont été et continueront à être écrites sur la montée de l'extrême droite et ses tentatives pour entrer dans le gouvernement de la plus grande ville d'Autriche. Cependant, peu d'attention a été accordée aux tentatives de Wien Anders (WA), une alliance des partis de gauche, pour gagner les 5% de voix nécessaires pour entrer au conseil municipal de Vienne.

    Peut-on comparer l’expérience de WA à celle de Podemos ? Les cultures politiques espagnole et autrichienne sont très différentes. Plus de personnes manifestent chaque année en Espagne que dans tout autre pays européen. En 2006, 16% des Espagnols ont déclaré qu'ils avaient participé à une manifestation légale. En revanche, seuls 8% des Autrichiens ont déclaré qu'ils avaient fait la même chose. Cela dit, seul un très faible pourcentage de personnes d'Espagne (2%) ont dit appartenir à un parti politique, alors qu’en Autriche, c’est le cas pour 11% de la population.

    L'Autriche est le seul pays de l'UE-15 qui ne possède pas de parti aligné avec la gauche européenne au sein du Parlement national. La même chose vaut pour la ville de Vienne, dont le conseil municipal se répartit entre les Verts, les sociaux-démocrates, les conservateurs et l'extrême droite.

    Podemos et WA ont tenté tous deux de se tailler des créneaux différents dans leurs arènes politiques respectives. Podemos initialement se positionne comme un parti ouvert et transparent et comme un outil d'autonomisation démocratique. Quand on a demandé à des membres de Podemos de définir leur parti en trois mots ils ont insisté sur les aspects organisationnels. Les trois mots les plus utilisés étaient « participation », « transparence » et « démocratie » (« participación », « Transparencia » et « Democracia »). Lorsque la même chose a été demandée à des militants de WA, ils ont insisté sur les aspects en rapport avec la politique. Les mots « gauche » et « sociaux » (« liens » et « sozial ») étaient de loin les plus souvent repris.

    Podemos a eu un accès facile et continu aux médias, notamment la télévision. WA s’est battu pour attirer l'attention des médias et pour une meilleure visibilité. Les militants de WA étaient conscients de cette situation et ont lancé une campagne active dans les rues pour se faire connaître des électeurs.

    Juliana Okropiridse, candidate de WA pour les élections, s’est fortement impliqué dans cette campagne. Elle était capable de passer cinq ou six heures dans les rues pour parler aux gens de WA. Ses compétences ont été essentielles pendant les assemblées internes du conseil pour articuler les différents points de vue et approches des différents partis formant l'alliance. Ses talents contrastent totalement avec ceux de Pablo Iglesias, qui apparaît comme extrêmement convaincant à la télévision mais qui manque des capacités comportementales de Juliana.

    En fin de compte, Wien Anders n’a obtenu que 1,1% des voix et n'a pas réussi à entrer dans le conseil municipal de Vienne. Cependant, comme l'a dit le sous-commandant Marcos, « la lutte est comme un cercle ; vous pouvez commencer n'importe où, mais il ne se termine jamais. » En Autriche, la gauche a tiré des leçons et nous tenons déjà des réunions pour nous préparer à prendre d’assaut le Parlement national. Nous réussirons alors mieux à trouver un équilibre entre une position purement idéologique et de nouvelles façons de faire de la politique.



Related articles