• Interview
  • Renationalisation de la politique

  • Auteur Sandro Mezzadra , Maria Jaidopulu Vrijea | 09 May 16 | Posted under: Migration/Contre le racisme
  • Une interview sur la crise des réfugiés avec Sandro Mezzadra, expert en matière de migration et professeur agrégé de théorie politique à l'Université de Bologne.

    Maria Jaidopulu Vrijea : Le concept de « crise » est largement utilisé en Europe. Tout d'abord, les gens parlaient d'une « crise des réfugiés » et maintenant ils parlent d'une « crise des migrants » ; On peut noter un changement dans le discours. Si la crise est une catégorie gouvernementale, comme vous l'avez mentionné, de quoi s’agit-il dans ce cas ?

    Sandro Mezzadra : Vous avez raison, il y a une sorte d'ambiguïté dans la référence à la crise dans le discours public européen d'aujourd'hui. Ce n’est pas nouveau ; on pourrait même dire que la crise est un élément constitutif de la modernité. Il y a une sorte de lien structurel entre la notion de la crise et les concepts politiques les plus importants de la modernité qui a été étudiée par de nombreux historiens et théoriciens politiques, et cela signifie que nous devons traiter attentivement le concept de crise. De ce point de vue, ce concept se caractérise par une productivité spécifique, ce qui signifie que parler de la crise implique généralement, en termes très généraux, parler des solutions possibles à la crise.

    Ce qui caractérise la situation actuelle, en particulier en Europe, est que nous continuons à parler de la crise sans voir trop de solutions. Et cela devient très clair une fois que nous prenons en considération la question de la crise économique, par exemple. Depuis 2007/2008, la crise économique a circulé en Europe ainsi que dans le monde entier. À l'horizon , il n'y a toujours pas de solution stable à cette crise. Ceci est important dans la mesure où l'Europe est préoccupée parce que – adossée à la / crise des migrants de réfugiés que vous avez mentionnée - nous avons la crise économique, la soi-disant crise de la dette souveraine, et cette crise ne cesse de se propager en Europe. Il suffit de penser à la Finlande et à sa position sur la Grèce il y a un an ; maintenant la Finlande est confrontée à une grave crise et les solutions proposées sont les « suspects habituels » : les programmes d'austérité, les coupes, etc. Ces solutions constituent la base de reproduction de la crise, en quelque sorte. Je pense qu'il est important de garder à l'esprit la crise économique et financière, même quand on parle de la crise actuelle des migrants / réfugiés, car il existe un lien clair entre ces multiples crises. Ce n’est qu’en les considérant ensemble que nous pourrons voir que nous sommes effectivement confrontés à une crise profonde du processus d'intégration en Europe.

    La crise en Grèce et les affrontements de l'an dernier entre le gouvernement grec et la troïka des créanciers sont particulièrement importants de ce point de vue. D'une certaine manière, certaines élites européennes étaient, bien sûr, très satisfaites de la « résolution » de la crise grecque en juillet dernier et ont apparemment pensé que cette « résolution » pourrait constituer la base d'un approfondissement et d'une poursuite du processus d'intégration sous les bannières de l'austérité, de la stabilité monétaire, etc. Depuis quelques semaines, ces mêmes élites ont été confrontées à une nouvelle crise, avec le début de ce que nous appelons aujourd'hui la crise des migrants / réfugiés, et il a été immédiatement clair que l'UE n'a pas su gérer efficacement cette crise et n'avait pas de légitimation pour faire face à une telle crise. Donc, je tiens vraiment à souligner le lien entre ce qui est arrivé dans la première moitié de 2015 en Grèce et ce qui est arrivé dans la seconde moitié de l'année en ce qui concerne les migrants et les réfugiés. Et je fais cela afin de souligner le fait que la vraie crise est aujourd'hui une crise du processus d'intégration européenne.

    Il suffit de penser à la géographie de l'intégration européenne. Au cours de la crise grecque, nous avons été confrontés une fois de plus au clivage Nord-Sud, qui, bien sûr, a sa propre histoire, mais est devenu dramatique au cours des cinq ou six dernières années. Au cours de la « crise migratoire », un autre clivage a émergé, qui a aussi sa propre histoire, mais a été politisé de manière différente : la fracture entre l'Est et l'Ouest. Le processus d'intégration européenne a toujours été fondé sur une géographie variable avec différentes échelles géographiques, hétérogènes ; il suffit de penser à l'Europe de l'euro, l'Europe de Schengen, aux processus régionaux favorisés par l'UE, aux espaces logistiques émergents en Europe au cours des dernières décennies. Donc, il y a différentes géographies, mais, pour résumer, l'idée était que cette géographie variable était en elle-même productive ; qu'il y avait une productivité spécifique en termes d'approfondissement et de renforcement du processus d'intégration liée à cette géographie variable. Aujourd'hui, nous sommes confrontés encore une fois avec une implosion de ces géographies - avec une perturbation géographique très profonde du processus d'intégration. Je pense que c’est une image qui rejoint l'impression de crise du processus d'intégration européenne que j’ai évoquée plus tôt.

    Toutefois, nous avons affaire à une crise qui, en quelque sorte, implique un autre acteur : les migrants et les réfugiés. Au niveau européen, la réponse dominante a été la titrisation et une série de politiques et de pratiques de contrôle des frontières externes (OTAN, Frontex) et internes (remise en cause de l'espace Schengen) de l'UE. Que signifie cette prolifération des frontières ? Pensez-vous que nous sommes actuellement confrontés à la consolidation d'un nouveau régime de frontière et de contrôle ?

    S.M .: C’est une question cruciale et il n’est pas facile d’y répondre en 5 ou 10 minutes, mais je vais essayer de dire au moins une ou deux choses. La première a à voir avec ce que vous venez d'appeler « un autre acteur venu de l'extérieur », c’est-à-dire les migrants et les réfugiés. Je pense qu'il est vraiment très important de considérer les migrants et les réfugiés en tant que sujets actifs et non pas seulement en tant que victimes - victimes de la guerre, victimes du régime européen des frontières, victimes des passeurs, etc. Pour moi, ce point est vraiment crucial. Je travaille sur la migration depuis plus de vingt ans maintenant et cela a été pour moi l’essentiel : contribuer à faire la lumière sur les pratiques, les comportements et les désirs des personnes en déplacement, sans, bien sûr, dissimuler la conditions objectives qui forcent beaucoup de ces gens à être en mouvement.

    Parmi les militants qui traitent de la migration et des frontières en Europe, une formule circule comme une sorte de défi à la définition gouvernementale de ce qu’on appelle « crise de la migration / des réfugiés » ; il s’agit du « Summer of Migration », se référant, bien sûr, à ce qui est arrivé en juillet, août, septembre et tout au long de l'automne en Europe. Le « Summer of Migration » est, à mon avis, une expression très efficace dans la mesure où elle met l'accent sur la subjectivité des migrants, l'entêtement des mouvements de migration qui ont réussi à défier et perturber, au moins provisoirement, le régime européen des frontières. Il est également important d'ajouter que ce rôle protagoniste des migrants et des réfugiés a souvent pris des formes explicitement politiques ces derniers mois : cela a été clair à Vintimille, par exemple, à la frontière entre l'Italie et la France ; c’est clair à Calais ; c’est clair aujourd'hui à Idomeni ; c’est clair partout où nous sommes confrontés à d'énormes concentrations de migrants dans ce que nous pouvons appeler les « goulots d'étranglement » créés par le régime européen des frontières. Dans tous ces cas - et dans de nombreux autres – les migrants étaient très souvent en capacité d'exprimer leurs revendications et leurs demandes de façon explicitement politique, bien qu’en termes très généraux. Ils ont fait valoir leur droit d'accès en Europe, revendiquant une sorte d'appropriation de l'Europe comme un espace de vie, pour essayer de construire un avenir, etc. Il est important d'ajouter que cette réclamation adressée àl’Europe dans son ensemble, et non comme Etats-nations individuels ou en tant qu’Etats membres de l'UE.

    Je pense que c’est très important. Ces derniers mois, j'ai souvent pensé à la célèbre phrase de Frantz Fanon à la fin de « Les Damnés de la Terre » ; vous vous souvenez peut-être de l’appel à « Quittons cette Europe qui n'en finit pas de parler de l'homme tout en le massacrant partout où elle le rencontre, à tous les coins de ses propres rues ». Si vous gardez ces mots à l'esprit, ce qui se passe aujourd'hui peut être une sorte de déplacement parce que vous voyez des gens en provenance de l'ex-Tiers Monde – ceux dont parle Frantz Fanon au début des années 1960 - revendiquant un droit d'accès en Europe. Il serait intéressant de réfléchir à ce genre d'inversion ou de déplacement, car il parle d'une situation postcoloniale que nous vivons aujourd'hui et il nous rappelle que les migrants et les réfugiés - avec leurs mouvements, leurs luttes, avec leur entêtement – interpellent l'Europe d'au moins deux points de vue tout aussi importants : d'une part, ils posent la question de la qualité de la coopération sociale et de la coexistence sociale en Europe ; d'autre part, ils posent le problème des relations entre l'Europe et ses multiples extérieurs. C’est précisément la jonction entre ces deux questions soulevées par les mouvements et les luttes des migrants qui fait de la migration elle-même un sujet crucial pour l'avenir de l'Europe. Cela répond à la première partie de votre question.

    La deuxième partie de votre question concerne la mise en place actuelle d'un nouveau régime frontalier en Europe et la prolifération des murs et des clôtures, tant au niveau des « frontières extérieures » de l'UE que dans l'espace Schengen. Il est important de s’intéresser à ce sujet, parce que les murs et les clôtures n’ont pas seulement proliféré aux frontières extérieures de l'UE. Le gouvernement autrichien envisage de fermer la frontière entre l'Autriche et l'Italie ; le système Schengen a sans doute été l'une des réalisations les plus importantes et symboliques du processus d'intégration européenne. Il a aussi des aspects économiques importants et je pense que de nombreuses élites européennes en sont conscientes aussi bien que du coût énorme qu'impliquent la crise et la fin possible de la libre circulation dans l'espace Schengen. C’est donc un autre symptôme important et, en même temps, sans aucun doute un aspect concret de la crise du processus d'intégration européenne.

    Dans le même temps, nous devons nous rappeler que ce que nous appelons le « régime européen de frontière » a émergé précisément comme dispositif complexe d'articulation entre libre circulation dans l'espace et contrôle de Schengen aux soi-disant « frontières extérieures de l'UE ». Aujourd'hui, nous sommes confrontés à une crise de ces deux aspects et à leur jonction. Je fais partie de ceux qui, dans les études critiques sur les frontières, sur les migrations et dans l'activisme lié à la migration ont toujours été un peu sceptiques sur la formule largement répandue « Europe forteresse ». Je ne doute l'efficacité de ce slogan - je l'ai employé dans les débats publics - mais, d'un point de vue descriptif, je fais partie de ceux qui ont dit, « attention, cette définition peut être trompeuse ». D'une part, parce qu'elle focalise notre regard sur le côté de contrôle autour des frontières et des risques, occultant l'autre côté : le défi aux frontières sans cesse posé par les mouvements de migration. Il y a une autre raison pour laquelle nous avons été un peu prudents en ce qui concerne l'expression « Europe forteresse », qui a à voir avec le fait que les migrants ont continué d'accéder à l'espace européen. La meilleure manière de décrire la façon dont le régime européen des frontières a travaillé pendant une vingtaine d'années est dans le concept « inclusion différenciée », un concept qui met l'accent sur le fait que les politiques frontalières européennes ne visaient pas à maintenir les migrants hors d'Europe de manière absolue, mais étaient destinées au filtrage de mouvements de migrations très différents, par des voies hétérogènes, ce qui a contribué à une hétérogénéisation profonde des positions des migrants eux-mêmes au sein de l'Europe, au sein de la citoyenneté européenne en termes sociologiques généraux, et au sein du marché du travail européen.

    De ce point de vue, le régime européen de frontière actuel ne fonctionne pas du tout. Ce qui se passe en termes de multiplication des murs et des clôtures, en termes de la militarisation des frontières, et en termes de resserrement du contrôle ne me semble pas être une solution à la crise du régime européen de frontière, nous sommes actuellement face à cela. Encore une fois, il y a de grandes parties de l'élite européenne - des gens que je considère comme mes adversaires politiques, pour être clair – qui en ont conscience. Je suis également convaincu que, par exemple, les décisions politiques prises depuis fin août et début septembre par Angela Merkel sont influencées par cette prise de conscience. Pour le dire simplement: l'Europe a besoin des migrants ! Et des gens qui travaillent dans de nombreux ministères et organismes politiques à travers le continent en sont parfaitement conscients. Ce qui se passe de nos jours, ne répond pas à ce besoin européen de migrants, c’est la raison pour laquelle je pense qu'il n'y a pas de régime efficace des frontières émergeant de ce qui se passe sur le terrain au cours de la dernière période. Le problème reste entier. Il y a plusieurs possibilités pour résoudre ces problèmes ; certaines d'entre elles sont des cauchemars - nous devons en être conscients - mais, en même temps, il est important de souligner que le problème reste ouvert.

    Pensez-vous que l'Europe est à la croisée des chemins en ce qui concerne ses soi-disant valeurs de base, telles que les droits de l'homme? Pensez-vous que les actions des migrants et des réfugiés ont obligé l'Europe à prendre une certaine position? Et quel est le rôle du mouvement de solidarité et de la gauche dans ce domaine?

    S.M .: L'Europe est à un carrefour de nombreux points de vue, également en ce qui concerne ses soi-disant valeurs fondatrices et la substance des valeurs du processus d'intégration. La migration et les contrôles aux frontières ont toujours été une sorte de point aveugle pour les valeurs européennes. Nous ne pouvons pas oublier que, au cours des 25 dernières années, des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants ont perdu la vie en tentant de traverser ce qu’on appelle les frontières extérieures de l'Europe, donc ce n'est pas nouveau. Aujourd'hui, nous sommes confrontés à une crise dramatique et beaucoup de gens ont tendance à penser que c’est nouveau ; non, il y a une continuité, et observer les « valeurs européennes » depuis les frontières de l'Europe a toujours signifié être confronté à une sorte de cauchemar : le massacre des valeurs européennes fondatrices.

    Ce qui est certain c’est que ces types de développements sont devenus encore plus prononcés et dramatiques ces derniers mois. On pourrait dire que les valeurs fondatrices, en termes de reconnaissance de l'héritage des droits de l'homme etc, sont aujourd'hui brouillés et contestés non seulement aux frontières de l'Union européenne, mais aussi au sein de son espace et à sa base. Je pense à la montée de toutes les nouvelles forces politiques agressives de droite qui défient ouvertement cet héritage. C’est pour moi une question très importante car elle souligne également les processus profonds de renationalisation de la politique qui se déroulent dans toute l'Europe, à la fois en termes de politiques et en termes de rhétorique politique. Permettez-moi d'ajouter que la réponse des forces politiques traditionnelles - disons le Parti populaire européen ou le Parti socialiste européen - à ces processus de renationalisation de la politique, nourrissent en quelque sorte ces mêmes problèmes. En France, la décision prise par le gouvernement Hollande d'adopter des aspects essentiels du programme politique du Front national sous l’étendard de l’ « état d'urgence » est un signe très révélateur à cet égard.

    Dans le même temps, je suis profondément convaincu que ces processus de renationalisation de la politique ne remettent pas en cause le noyau néolibéral du processus d'intégration européenne. Donc, tous les scénarios que nous sommes appelés à prendre en compte pour l'avenir immédiat pointent la montée de nouvelles combinaisons entre le néolibéralisme et le nationalisme dans de nombreux pays européens. Si on associe tout cela à ce que je disais à propos de la crise du processus d'intégration européenne, nous sommes confrontés à la fin de l'Union européenne que nous connaissons et que nous avons critiquée au cours des deux dernières décennies. Mais attention : une nouvelle Union européenne est parfaitement imaginable, fondée précisément sur cette combinaison entre les nouvelles formes de nationalisme et une continuité des processus de néolibéralisation.

    Je suis convaincu qu’il s’agit d’un moment crucial pour nous en Europe et la gauche européenne, et que nous avons besoin de toute urgence d’un processus de réaction contre ces scénarios. La base de ce processus existe-t-elle en Europe aujourd'hui ? Je qu’elle existe et, dans un sens, je suis optimiste. Ces derniers mois, il y a eu vraiment des expériences positives dans de nombreux endroits d'Europe avec des personnes faisant preuve de solidarité avec les migrants et les réfugiés. Je vis en Allemagne depuis quelques mois maintenant et il est vraiment étonnant de voir le grand nombre de ceux qui sont engagés dans des réseaux de solidarité qui vont bien au-delà des limites des formes traditionnelles d'activisme et impliquent de nombreux citoyens. Ces jours-ci quand on pense à l'Allemagne, on l'associe immédiatement à la montée d'un nouveau droit. Afd, par exemple, le nouveau parti politique de droite, a eu des résultats étonnants lors des dernières élections municipales en Hesse et plus encore lors des élections régionales de dimanche dernier (avec un étonnant 24% des voix en Saxe-Anhalt). C'est un fait. Et c’est un fait que des actes d'agression et d'agressions sont toujours commis contre les réfugiés et ciblée aux endroits où vivent ou sont censés vivre les réfugiés dans un proche avenir. Mais cela ne représente qu'une partie de l'image, car ce qui est vraiment frappant en Allemagne est en effet la polarisation de la société allemande. Et, d'autre part, il y a de vastes réseaux de solidarité qui, dans de nombreuses villes, ont fini par poser des questions fondamentales en ce qui concerne le droit à la ville. C'est l'Allemagne, mais il existe aussi des expériences similaires de solidarité - pour ne citer un seul endroit - en Hongrie, par exemple, qui n’est, à l'heure actuelle, pas particulièrement à la pointe en termes de démocratie et de « valeurs européennes ». Vous connaissez mieux que moi la situation en Grèce et je pense que c’est vraiment étonnant ; quelque chose est en mouvement, en quelque sorte, après les troubles et la souffrance sociale de ces dernières années. Et on peut dire la même chose pour de nombreuses parties de l'Europe ; c’est aussi une base pour repenser l'Europe ; pour commencer à repenser et inventer une nouvelle Europe. Ce qu'il nous faut, bien sûr, sont des formes de coordination etc - une invention politique pour relier ces expériences et de les déplacer à un autre niveau.

    Que pensez-vous de l'issue du sommet d'hier ?

    S.M .: Il est difficile de penser que le Sommet [1] a pu proposer des solutions efficaces. On le voit rien qu’en lisant certaines déclarations des dirigeants européens à la fin du Sommet ; ce que Donald Tusk a déclaré hier : « les jours de migration irrégulière vers l'Europe sont finis ». OK, cela signifie que rien n'a été atteint. Ou ce que Cameron a déclaré : « tous les réfugiés qui arrivent en Grèce seront renvoyés en Turquie ». Pouvez-vous imaginer quelque chose comme ça ? Pensez à la proposition de base faite hier par le Premier ministre turc Davutoğlu, sur la proposition « un pour un » ; elle est fondée sur une image totalement irréaliste des mouvements migratoires et je pense que même les partisans de cette formule le savent parfaitement. Cela ne peut qu’indiquer une tendance, qui voit la Turquie devenir la nouvelle plate-forme logistique du régime européen de frontières et d'asile. On peut parler pendant des heures des dangers liés à cette tendance. Ce matin, je lisais une interview de Filippo Grandi, le Commissaire aux réfugiés des Nations Unies, dans The Guardian et il décrit, d'une manière très précise et concrète, les dangers de cette tendance, y compris le fait que même de nombreux réfugiés syriens risquent d'être renvoyés aux zones de guerre. Nous pourrions parler longuement des conditions de vie des réfugiés en Turquie etc.

    Je veux juste ajouter quelques éléments. Encore une fois, ce n'est pas nouveau : ce projet de transformation de la Turquie en plate-forme logistique principale pour le régime de migration et d'asile des frontières européennes est dans le prolongement du processus d'externalisation du régime européen des frontières en cours depuis le début des années 1990 au moins ; depuis l'époque des premiers accords pilotes entre le gouvernement allemand et le gouvernement polonais qui ont conduit à l'invention de la notion de « pays tiers sûr ». Il y a eu ensuite multiplication de ces accords, à la fois par les Etats membres individuellement et au niveau européen. Si on regarde la rive sud de la Méditerranée, on voit beaucoup de pays qui sont tous impliqués, d'une manière ou d'une autre, dans la gestion du régime européen des frontières. Un cas bien connu est celui des accords entre le gouvernement italien et Kadhafi avant 2011 ; et en 2011, le printemps arabe a été un moment important de la crise du régime européen des frontières, précisément en raison du rôle clé joué par des pays comme la Libye et la Tunisie dans l'extériorisation. Si on regarde plus au sud, le Sénégal, le Mali et d'autres pays font également partie de ce régime de frontière qui, en quelque sorte, étend les frontières de l'Europe. Dans le passé, la Turquie a également été impliquée dans ces processus d'externalisation.

    Cependant nous devons aujourd’hui poser quelques questions sur le sens et les perspectives de la position stratégique de la Turquie au sein du régime européen des frontières. Qu’est la Turquie aujourd'hui ? Vous avez posé tout à l’heure une question concernant les valeurs européennes et les droits de l'homme. De ce point de vue, il est assez clair que la Turquie ne respecte pas les valeurs européennes et les droits de l'homme, indépendamment de la façon critique dont nous parlons de ces valeurs et de droits. Il suffit de penser à la liberté de la presse ! En outre, la Turquie aujourd'hui est gouvernée - et vous le savez mieux que moi, bien sûr - par un gouvernement profondément nationaliste. Nous savons ce que cela implique du point de vue de la militarisation, par exemple, du conflit avec les Kurdes, mais nous savons aussi ce que cela implique du point de vue de la participation de la Turquie en Syrie et de ses ambitions pour jouer le rôle d'une puissance régionale au Moyen-Orient. Alors, permettez-moi de dire très clairement que, dans la mesure où la Turquie devient un pays essentiel dans le régime européen des frontières, cela signifie que l'Europe légitimise ce qui se passe en Turquie et l'ambition turque de jouer le rôle d'une puissance régionale au Moyen-Orient. On voit à nouveau le lien entre la qualité de vie sociale, la démocratie et la coopération sociale au sein de l'Europe, et la relation entre l'Europe et ses multiples extérieurs, comme je l'ai mentionné plus tôt. Le gouvernement turc joue la carte des réfugiés afin d'obtenir cette légitimation et une position forte dans les négociations concernant l'accès de la Turquie à l'UE. L'accès de la Turquie à l'UE, en ce moment, dans ces conditions politiques, signifierait une nouvelle contribution aux processus de renationalisation de la politique que j’ai décrit précédemment.

    Je pense donc que la crise du régime de frontière européen, qui n’est pas une crise générique, mais plutôt une crise spécifique, n'a pas été résolue par la réunion d'hier à Bruxelles ; elle est restée complètement ouverte. Et le rôle attribué à la Turquie dans les propositions qui ont circulé au cours des dernières semaines et qui ont été rendues publiques hier devrait nous préoccuper. Encore une fois, le seul problème discuté hier à Bruxelles est de savoir comment maintenir les réfugiés à la frontière de l'Europe pour faciliter un processus de filtrage de ces réfugiés. Si nous ne sommes pas en capacité d'ouvrir un autre type de perspective en Europe, une perspective vraiment nouvelle et permettant de réinventer l'Europe, à partir de ce qu’on appelle la crise migratoire, des jours sombres nous attendent au cours des mois et des années à venir. C’est une raison de plus pour multiplier nos efforts et notre détermination !


    Cette interview a été réalisée par Maria Jaidopulu Vrijea (Institut Nicos Poulantzas, Athènes) le 8 mars et a été révisée par Sandro Mezzadra le 17 mars 2016.


Related articles