• Le noeud coulant de la BCE autour de la Grèce : comment les banques centrales exploitent les gouvernements

  • Par Ellen Brown | 13 Mar 15
  • Rappelez-vous que l'infâme Goldman Sachs a menacé de façon à peine voilée le Parlement grec en décembre, le sommant d'élire un premier ministre pro-austérité pour éviter le risque de voir la Banque centrale couper les liquidités aux banques grecques ? (Voir le texte mis en ligne en janvier ici) Il semble que la Banque centrale européenne (dirigée par Mario Draghi, ancien directeur général de Goldman Sachs International) a fait sienne cette menace.

    La semaine après que le candidat de Syriza, Alexis Tsipras, eut prêté serment en tant que Premier ministre, la BCE a annoncé qu'elle n'accepterait plus les obligations du gouvernement grec et les dettes garanties par le gouvernement à titre de garantie pour les prêts de la banque centrale aux banques grecques. Les banques ont été réduites à obtenir des liquidités de leur banque centrale par le biais de la fourniture de liquidité d’urgence (emergency liquidity assistance, ELA) avec des taux d'intérêt élevés et qui peut également être résiliée par la BCE à volonté.

    Lire la suite en anglais pour l'instant