• La République tchèque avant les élections

  • Auteur Jirí Málek | 26 Aug 13
  • L'expression « cherchez la femme » ne s'applique pas, mais la discrète mais puissante, petite amie intime du premier ministre et également directrice de son cabinet a tout simplement été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Son utilisation de l'intelligence militaire pour la surveillance privée de l'épouse du premier ministre a été quelque chose de nouveau pour toute l'UE.

    Ce n'est pas la vraie raison de la chute du seul gouvernement, mais aussi de toute la conception tchèque de gouvernance. Depuis près d'un quart de siècle, le processus a vu peu à peu la construction d'une structure qui assure très efficacement la mise en œuvre de la volonté politique et économique de l'élite néolibérale sous une façade démocratique. Le lien entre le flux de trésorerie (corruption, parasitage de l'Etat), l'influence informelle (puissant lobbying), et la suppression du genre de règles qui ont servi leurs objectifs stratégiques ont contribué à créer un système relativement pragmatique, qui ne dépend pas de savoir si la droite ou la soi-disant gauche démocratique est au pouvoir. La République tchèque a accepté cet état de choses pendant une assez longue période .

    Le tournant s'est produit avec le début de la crise économique. En appliquant la « responsabilité fiscale » ( politique d'austérité ) quels que soient les besoins de la majorité de la société, le gouvernement néolibéral de droite a réussi à s'enliser dans une récession persistante, tout en donnant naissance à un front national des opposants, allant des hommes d'affaires et des entrepreneurs aux gens ordinaires et aux personnes les plus touchées. Ce front se définit en opposition au gouvernement de Petr Nečas et du ministre des Finances, Miroslav Kalousek. Le gouvernement n'a donc plus aucun allié important et a atteint le plus bas niveau de popularité de toute l'histoire de la société tchèque avec le soutien de moins d'un quart de la population .

    C'était simplement une question de temps avant que le gouvernement ne sombre et ne réussisse pas à survivre jusqu'aux prochaines élections prévues en mai 2014. La première élection directe d'un président a permis au système entier d'être affectés par de nouvelles impulsions et Miloš Zeman l’a très rapidement exploité. Tout cela signifiait aussi que le boulon qui lie le syndicat civique anti-gouvernement est très fragile et ne tiendra pas trop longtemps. Divers groupes et des intérêts de classe vont l'emporter. Le bloc annoncé comme gagnant, décrit à tort comme « de gauche » par les médias, n'a pas de contours solides et n'est pas monolithique non plus. La critique du gouvernement n'est pas non plus une critique de la droite en soi et ne comporte pas de résistance unie contre le capitalisme néolibéral.

    Même au cours des dernières années, lorsque nous avons vacillé dans la crise, il n’a été formulé pour la société tchèque aucune vision de gauche suffisamment convaincante qui aurait pu être considéré comme réaliste et réalisable - une vision qui, en soi, incorpore à la fois une perspective radicale, en s'appuyant sur le changement systémique comme base du progrès social, et contienne aussi une pensée acceptable pour ceux qui simplement « veulent améliorer capitalisme » et qui pourrait aussi être perçue par les membres de la gauche comme respectant la solidarité et l'égalité. Les conditions d’un grand changement systémique n'existent pas aujourd'hui, non seulement en République tchèque mais aussi en Europe . Les enquêtes les plus récentes montrent les attentes des citoyens. Ainsi, 95% d'entre eux souhaiteraient « une sorte de changement » des élections. Entre autres choses, cela nous amène à la conclusion que de nouvelles entités politiques émergeront à nouveau malgré les mauvaises expériences des précédentes élections .

    Le parti ANO 2011 (YES 2011) (qui se qualifie de centre-droit), soutenu par un milliardaire de l’alimentation et des produits chimiques qui a récemment acheté un des quotidiens les plus populaires, pourrait alors être une nouvelle force au parlement. Pour l'heure, les sociaux-démocrates sont en tête des cotes de popularité (avec environ 34% des sièges), suivi par le Parti communiste de Bohême et de Moravie et TOP 09 (parti libéral de droite présidé par Karel Schwarzenberg) qui ont une cote similaire de l'ordre de 15-17 %. La droite dominante actuelle, le Parti démocratique civique (ODS), a vu sa popularité chuter à un tiers de celle des sociaux-démocrates. Un parti proche du président - SPOZ (parti de centre-gauche mettant davantage l'accent sur ​​les éléments de démocratie directe) - et l'ONA mentionnée ci-dessus jouissent d'une popularité presque comparable à celle de l' ODS. Les Démocrates-chrétiens restent en dehors du parlement.

    Parce que les élections doivent avoir lieu dans les 60 jours, il y a peu de temps à la fois pour une campagne élaborée et une politique personnelle davantage basée sur les idées. Cela pourrait être difficile pour les partis de gauche dominants - les sociaux-démocrates et les communistes. Ils pourraient perdre les votes dits de protestation au profit de nouvelles entités. La position future des sociaux-démocrates à l'égard des communistes n'est pas claire. Une résolution vieille de 17 ans les empêche de gouverner en coopération avec les communistes. Le président a évoqué l'idée d'un gouvernement minoritaire social-démocrate soutenu par les communistes ou par son propre groupe SPOZ .

    L'an dernier, des milliers de personnes se sont rassemblées sur la Place Venceslas . Elles ont écouté beaucoup de bons discours de divers orateurs des initiatives civiques. Il est significatif que (pour le moment) on ne parle que de l'un de ces orateurs, des syndicalistes, qui pourraient participer à la campagne électorale conduisant la ligne pour la gauche (au nom de la démocratie sociale). Jusqu'à présent, les partis n'ont pas exprimé beaucoup d'intérêt et même les représentants des différents mouvements et initiatives civiques n'ont montré aucun désir de mettre leurs convictions politiques sur le terrain. Un obstacle objectif empêchant la création d’un front de gauche le plus large possible est le manque de temps. Des préoccupations ont également été exprimées par certaines personnes sur les structures des partis (principalement le Parti communiste). Cela se jouera très probablement sur des lignes anciennes - nominations du parti et « paris sur la sécurité » - à la fois en termes de candidats et de slogans .

    Ces élections ne porteront pas sur les manifestes ou sur leur qualité et leur sophistication. Il est fort probable que les émotions, qui seront fréquemment attisées par la manipulation des médias, l’emporteront. La carte anti- communiste sera sans doute jouée même si son efficacité est constamment en baisse. Quelle sera la tonalité européenne dans la campagne est une question qui reste sans réponse. Elle sera probablement « nationaliste ». Aujourd'hui, il semble probable que, malgré les « changements attendus », les élections n’entraîneront pas encore de transformation fondamentale de la politique tchèque. Mais ce pourrait être un début.

    Prague, le 26 août 2013