• « Levons-nous pour la Paix –Solidarité »
  • Succès de l’Université d'été 2014

  • 04 Aug 14 Posted under: Université d'été
  • Sous le mot d’ordre malheureusement brûlant : « Levons-nous pour la paix –Solidarité », environ 300 participants et de nombreux invités venus de Berlin et du Brandebourg se sont rassemblés du 23 au 27 juillet pour la 9ème Université d'été de la gauche européenne.

    Constructifs, concentrés, ouverts, de différents âges, les participants venus de plus de 32 pays ont travaillé ensemble lors de cet événement annuel du Parti de la gauche européenne (PGE) et de transform! europe.

    L'Université d'été du PGE est un rassemblement du réseau d’une importance croissante ­également au regard de la crédibilité européenne croissante du PGE. Il n'y a que peu d'occasions semblables pour les représentants des différents partis membres du PGE d'échanger entre eux et avec les militants intéressés, avec les partis et les organisations qui lui sont affiliés dans une telle atmosphère ouverte. Pendant cinq jours, ce fut l’occasion de faire des analyses communes, des débats et des plans d'action – au cœur de la tranquillité de la belle région de Werbellinsee. Un débat particulièrement intense a eu lieu sur l'Ukraine et les défis de la participation au gouvernement pendant et entre les séminaires. De nombreux événements du réseau féministe de l'EL (EL-FEM) ont contribué àl’accueil. A côté du programme officiel, un certain nombre de réunions auto-organisées par les réseaux ont eu lieu, notamment la rencontre des différentes organisations de parti de jeunesse et d’étudiants.

    Un débat en séance plénière avec Pierre Laurent, président du PGE, a été sans conteste le point culminant de l'événement et a été un point de départ programmatique pour les travaux futurs du PGE et de ses partis membres. Pierre Laurent a souligné plusieurs développements politiques et défis fondamentaux après les élections européennes. Il a rappelé que beaucoup de gens ont une opinion négative des institutions de l'UE et doutent raisonnablement de toute chance de trouver une issue à la crise avec ces institutions. Lors de l'analyse des élections, il a été souligné que cette insécurité était un terrain fertile pour les extrémistes de droite et les forces populistes. Leur renforcement a pu être évité ou du moins contenu dans tous les pays où des forces de gauche fortes et crédibles ont su gagner l'hégémonie politique (et culturelle) dans les débats publics. La candidature d'Alexis Tsipras à la présidence de la Commission européenne et la campagne commune en sa faveur ont contribué à rapprocher les forces européennes de gauche.

    Actuellement, de nombreux partis et mouvements frappent à la porte du PGE et veulent travailler avec lui. Cela s'est traduit par la participation de représentants de partis de gauche (par exemple, de Slovénie et d'Irlande), qui ne sont pour l'instant pas organisés au sein du PGE. Une autre conséquence des élections européennes est que le PGE est un acteur de plus en plus visible et accepté au niveau européen. Pierre Laurent a souligné que la tâche des forces de gauche était d'une part de respecter et d'intégrer la pluralité interne et d'autre part de rassembler toutes les forces. Pour ce faire, il a proposé cinq axes pour regrouper les activités des différents partis de gauche :

    1. lutte à l'échelle européenne contre l'austérité.
    2. Lutte contre le TTIP et autres accords de libre-échange.
    3. lutte pour la démocratie et contre les structures de plus en plus anti-démocratiques de l'UE. Cela inclut également la défense des droits et des libertés des personnes et en particulier les migrants ainsi que la résistance contre les forces de droite extrêmes et populistes.
    4. Renforcement de la lutte pour la paix et contre l’accroissement des capacités militaires, notamment mobilisation contre le sommet de l'OTAN au Pays de Galles les 4 et 5 septembre.
    5. Organisation d'un « Forum des Alternatives » en mai 2015, en France pour rassembler les partis et les mouvements de gauche (ainsi que les syndicats), au-delà du PGE.

    De nombreux séminaires et ateliers de l'Université d'été ont approfondi des points centraux, l'analyse ainsi que son articulation concrète avec le travail futur jouant un rôle essentiel. Sous l’intitulé« Reconquérir l’économie » se sont déroulés des débats sur les conséquences de la crise dans les différents pays, la lutte contre les conditions de vie précaires, la démocratie économique ainsi que la coopération entre les partis, les mouvements et les syndicats. La majorité a estimé qu’il est important d'enraciner les partis de gauche dans les mouvements et de toujours réactiver cet objectif pendant les campagnes conjointes. Il est donc apparu comme évident que la campagne contre le TTIP et le soutien à l’Initiative citoyenne européenne correspondante occuperaient une place essentielle dans les activités futures du PGE.

    L'échange sur la situation en Ukraine était d’avance incluse dans le programme de l'Université d'été car il y avait une forte demande de la part des présidents du PGE. Certaines participants d'Ukraine et d'autres pays de l'Est étaient présents. La question de Gaza / Israël a eu également une forte participation, vu les événements actuels.

    Pendant le séminaire sur l'Ukraine une proposition d'action a émergé et a été bien accueillie par les participants : le PGE appelle à une journée d'action européenne commune le 4 septembre contre le sommet de l'OTAN, au Pays de Galles. Une déclaration correspondante contre les guerres en Ukraine, à Gaza et Israël ainsi que contre le renforcement du militaire prévu par l'OTAN a déjà été transmise aux partis membres. Ainsi, conformément au mot d’ordre de la journée « Reconquérir la paix » un premier pas a été fait vers des initiatives politiques de paix conjointes.

    Le grand succès de l'Université d'été est dû non seulement au travail des services administratifs du PGE, de Die Linke et transform! europe, mais aussi des hôtes régionaux de la région Barnim et du Land de Brandebourg. Malgré leur campagne électorale de terrain, les camarades de la région ont participé à l'Université d'été. Leur expérience de la participation à un gouvernement de gauche, grâce à un échange avec des expériences comparables dans d'autres pays, a apporté une contribution importante au débat et à l'élaboration de stratégies gauche.

    Le travail en commun ainsi que les célébrations communes -notamment un concert punk rock au village voisin d’Eberswalde -ont montré une Europe prenant consistance par en bas. Ce n'est que lorsque les forces de gauche sont ancrées régionalement qu’elles peuvent progresser régulièrement vers une force efficace de protestation et de changement.


    Claudia Haydt, membre du conseil exécutif du Parti de la gauche européenne et membre du Conseil exécutif de DIE LINKE

    +++

    Journée de travail sur la défense de la paix et l'internationalisme

    « L'OTAN s'arme et l'Union européenne joue rôle de rouleau compresseur impérialiste et de soumission accrue à l’égard des Etats-Unis »

    La paix a été le mot d’ordre de l'Université d'été de cette année, et la paix est aussi l'un des six axes de la plate-forme programmatique adoptée lors du IV° Congrès du PGE en décembre dernier. Lors de ce congrès, le Parti de la gauche européenne a réaffirmé son engagement en faveur de la défense de la paix et du dialogue politique contre la violence et la coercition militaire : « Nous défendons l'internationalisme, contrairement à l'impérialisme, qui crée artificiellement des divisions entre les pays et les peuples ».

    Dans ce cadre, le deuxième journée de l'Université d'été, a eu lieu le séminaire « 1914-2014 : 100 ans après la Première Guerre mondiale : les défis pour l'internationalisme ». La députée de Die Linke, Heike Hänsel, a affirmé que l'Allemagne, qui a été à l’origine de deux guerres mondiales, doit défendre activement la paix. Mais, à l’inverse, le gouvernement allemand accroît son intervention militaire et le fait plus que jamais aujourd’hui, avec participation de la social-démocratie à la Grande Coalition. Elle a expliqué que son pays compte aujourd'hui plus de 5.000 les troupes participant à30 missions à travers le monde.

    Aujourd'hui, le monde connaît de multiples conflits ; une escalade militariste menace avec la possibilité d'une troisième guerre mondiale. L'internationalisme est le moyen de l'éviter, a expliqué Heinz Hillebrand, responsable de la formation dans DIE LINKE : « pour éviter ce qui s'est passé en 1914, quand la gauche était divisée et que le nationalisme s’est imposé contre l'internationalisme".

    La mondialisation du capitalisme

    Le dirigeant allemand a souligné que, parallèlement au danger du nationalisme, il y a le piège tendu par le capitalisme mondialisé et le rôle militaire croissant de l'Union européenne « c’est tout à fait évident dans la crise en Ukraine, où le capitalisme collabore avec le fascisme, quand ils croient devoir le faire dans leur propre intérêt ». Il a également dénoncé le fait qu'Israël utilise la terre, la mer et les attaques aériennes sur Gaza pour tester de nouvelles armes.

    Le vice-président de DIE LINKE, Tobias Pflüger, a déclaré que la mondialisation du capitalisme ne connaît pas de limites et mène une politique de déstabilisation en Amérique latine, rappelant le coup d'É tat au Honduras et au Paraguay et la tentative de mettre fin au processus bolivarien au Venezuela. Il a également estimé que, plutôt que d'analyser le conflit lui-même, « nous devons analyser les acteurs du conflit ».

    Selon tous les participants, dans ce contexte, le problème important est que l'Union européenne est de plus en plus un rouleau compresseur impérialiste et est de plus en plus subordonnée aux États-Unis, alors que dans le même temps l'OTAN lance une nouvelle politique de développement du réarmement et veut élever jusqu'à2% la part du PIB que chaque pays membre doit verser à l'organisation (actuellement la part de l'Allemagne est de 1,3%). Dans ce cadre, Pflüger a violemment critiqué« l'erreur de se tenir à égale distance des conflits » et a soulignéque le discours sur l'antisémitisme est devenu « contre-productif lorsqu’il nous empêche de prendre position » sur des sujets tel que Gaza.

    La plus grande organisation terroriste du monde

    Maite Mola, vice-présidente du Parti de la gauche européenne, a sévèrement fustigé l'OTAN, qu'elle a qualifiée de « plus grande organisation terroriste du monde ». Elle a déploré que l'Espagne, avec 6 millions de chômeurs et 32% des enfants de moins de 16 ans ayant des difficultés pour se nourrir du fait de la pauvreté, est le relais de l'OTAN en y consacrant 1% de son PIB.

    Elle a également dénoncé l'impunité absolue du capitalisme et de l'impérialisme qui mène ses attaques louis ont des intérêts économiques et financiers, un capitalisme, qui « n'aurait pas de scrupule à entrer dans une troisième guerre mondiale pour améliorer ses profits ». Le scénario serait différent si l'Union européenne avait sa propre politique étrangère « plutôt que de faire ce que des États-Unis nous disent de faire, cherchant à se réarmer elle-même avec la course à l'achat d'équipements militaires ».

    La défense de la paix doit se concrétiser

    Dans la partie consacrée aux propositions, la vice-présidente du PGE a souhaité que la paix devienne le premier point de l'agenda du PGE, « mais il faut le développer et préciser ; si ce n'est pas le cas, ce sera inutile ». Et comme exemple elle a appelé à la création d'une plate-forme pour la paix aux niveaux européen, national et mondial. Elle a également soulevé la nécessité« de discuter de la question de savoir si nous sommes pour la dissolution de l'OTAN ».

    Pour expliquer le conflit en Ukraine, l'Université d'été invité EL Sergej Kiritschuk, leader du mouvement ukrainien Borotba. Le militant a dénoncé que «l'Ukraine est été utilisé comme un champ de bataille pour la confrontation des forces impérialistes". Il a ajouté que des États-Unis sont interfère et de briser toutes les tentatives pour résoudre le conflit, et la Russie, de l'autre côté, a aussi ses propres intérêts dans le conflit.

    Un militant de Borotba a expliqué que Maidan était, dès le départ, un mouvement anti-communiste, dépourvu d’éléments démocratiques, et que ceux qui y étaient ne voulaient pas d'une Europe sociale. Ce qui était derrière était l'intérêt des oligarques à signer le traité avec l'Union européenne. Mais 50% de la population étaient contre ce traité. Ils ont vu l’appauvrissement de pays comme la Roumanie, la perte de leur industrie, entre autres, dès le début de leur entrée dans l'Union européenne.

    Les Ukrainiens de l'Est et du Sud sont pacifiques, a expliqué Sergej. Ce qui se passe est que « nous ne pouvons pas redevenir une colonie par notre intégration dans l'Union européenne ». Le traité a été conclu pour satisfaire les intérêts de l'UE et de l'expansion agressive de l'OTAN, mais pas pour les Ukrainiens, qui craignent de perdre leur industrie et sa haute technologie. Pour mettre fin au conflit, il a ensuite affirmé: « Nous devons dire aux États-Unis de cesser leur agression et que nous voulons la paix."

    Le débat sur l'Ukraine a continué dans l'après-midi, en se concentrant sur le rôle des forces de gauche dans le pays et la possibilité de la solidarité internationale. L'Université a également discuté des attaques de l'impérialisme en Amérique latine et des politiques alternatives avec de nouvelles façons de se gouverner en échappant à l'influence des États-Unis. Le troisième axe des grands conflits internationaux a abordé les révolutions et contre-révolutions du « printemps arabe » ainsi que les réponses de gauche au conflit Gaza - Israël.

    Source: Parti de la gauche européenne

    +++

    Voir aussi le compte-rendu de Dick Nichols : l’Ukraine domine la discussion à l'université d'été du Parti de la gauche européenne, publié le 4 août dans Links International Journal of Socialist Renewal.

    +++

    Trouver le Blog de l'Université d'été ici.

    Programme complet ici


Related articles

Université d'été