• Brève analyse
  • Élections serbes 2016 : Continuité Néolibérale

  • Auteur Vladimir Simović | 17 May 16 | Posted under: Europe centrale et orientale , Serbie , Élections
  • Même si les dernières élections en Serbie ont mis en vedette de nouvelles candidatures, ces « nouveaux venus » ne sont pas du tout nouveaux. Le paysage parlementaire est toujours dans la même direction, les mêmes visages surgissant encore et encore au cours des 25 dernières années. Malheureusement, il n'y a pas d'option de gauche qui pourrait s’appuyer sur les évolutions actuelles et proposer une alternative à l'état actuel des choses.

    Peu de changements dans le paysage politique serbe

    Rien de bien nouveau n’a émergé des récentes élections en Serbie. En dépit de la mise en place de certaines politiques néolibérales dures et de son implication dans divers scandales politiques, la coalition entourant le Parti progressiste serbe au pouvoir (SNS), dirigé par le Premier ministre Aleksandar Vucic, a remporté la majorité des voix et, avec 131 sièges sur 250, sera en mesure de former un gouvernement. Il y a, cependant, une différence importante par rapport à la dernière assemblée. Lors des élections législatives de 2014, seules quatre listes ont emporté suffisamment de voix pour être au-dessus du seuil de 5%. Aujourd’hui, trois autres coalitions sont entrées au parlement, et même si le SNS a gagné environ plus de 100.000 voix que lors des élections précédentes, il aura 27 sièges de moins.

    Le deuxième plus grand groupe parlementaire est le Parti socialiste de Serbie (SPS), anciennement sous la direction de Slobodan Milošević, qui a recueilli près de 11% des votes. Paradoxalement, ce parti, qui a été renversé lors des manifestations d'octobre 2000, a utilisé sa présence au parlement comme levier et a été très influent au cours de la dernière décennie et demie. Il a soutenu le gouvernement minoritaire de Vojislav Koštunica de 2004-2007 et est entré au gouvernement en 2008, après le pacte historique signé avec le Parti démocrate, utilisé pour laver leur fardeau historique des années 1990. À la suite de ce pacte, le SPS a fait partie de tous les gouvernements à ce jour, peu importe le parti qui a remporté les élections.

    L'opposition est toujours dirigée par le Parti démocratique (DP), le parti centriste qui a conduit le gouvernement de 2008 jusqu'en 2012. De nouveau, il n'a pas réussi à gagner beaucoup de soutien électoral et est resté à 6% des votes, exactement le même pourcentage qu’en 2014. Il devra unir ses forces avec le Parti social-démocrate (SDP), une émanation de DP dirigée par l'ancien président serbe Boris Tadić, ainsi qu’avec son partenaire de coalition, le Parti libéral-démocrate (LDP), qui est aussi une émanation de DP.

    Les nouveaux arrivants au Parlement serbe n’apportent rien de nouveau à la politique serbe. Un de ces nouveaux venus est le nationaliste et d'extrême-droite Parti radical serbe (SRS), dirigé par Vojislav Šešelj, bien connu pour sa rhétorique chauvine et belliciste. Une autre nouvelle entité au Parlement est la coalition conservatrice composée du Parti conservateur démocratique de Serbie (DPS) et du Mouvement serbe d'extrême-droite « Dveri ». L'ancien chef du DPS était Vojislav Koštunica, devenu président de la Yougoslavie après la chute de Slobodan Milošević lors du « Renversement du 5 octobre » en 2000, et le parti est désormais dirigé par Sanda Rašković Ivić, souvent étiqueté comme l'équivalent serbe de Marine Le Pen. « Dveri » peut être défini comme un parti proto-fasciste ayant des liens étroits avec l'Eglise orthodoxe serbe.

    Le troisième nouveau groupe parlementaire, « Dosta je bilo » (DJB), s’insère tout à fait bien dans ce paysage nationaliste. DJB, qui se traduit par « ça suffit », est dirigé par Saša Radulović, ancien syndic de faillite et ministre de l'Economie dans le gouvernement Vucic. Radulović a démissionné du gouvernement en 2014 après avoir tenté de proposer une nouvelle loi du travail sur la base des principes néolibéraux radicaux. Ce droit du travail, avec des modifications mineures, a été introduit plus tard en 2014. Après sa démission, Radulović a commencé à construire une organisation politique selon un programme néolibéral et en insistant sur la corruption dans le gouvernement Vucic.

    Partis Pro-russes / partis pro-UE

    Nous pouvons donc affirmer que ces « nouveaux venus » ne sont pas du tout nouveaux. Le paysage parlementaire continue de chercher plus ou moins les mêmes, les mêmes visages surgissant encore et toujours au cours des 25 dernières années. La privatisation, la dégradation des droits des travailleurs et la transformation néolibérale ont marqué les politiques de chaque gouvernement formé à ce jour. La seule différence apparente entre les partis politiques en Serbie est de savoir s’ils sont pro-russes ou pro-UE. Toutefois, cela ne semble pas être d'une grande importance non plus ; SNS, le parti au pouvoir, a des membres des deux bords. Le Premier ministre Vučić défend une position plus pro-UE, alors que l'ancien président du SNS Tomislav Nicolic, maintenant président de la Serbie, mène la ligne pro-russe du parti.

    Comme SNS va former un nouveau gouvernement, l'avenir évident de la société serbe est la continuation des politiques néolibérales, qui au cours des dernières années ont conduit à la réduction des salaires et des pensions du secteur public, à la privatisation des entreprises publiques et des ressources naturelles, ainsi qu’à une nouvelle détérioration des droits des travailleurs. Le mantra de la dernière décennie et demie est que nous avons besoin d'un meilleur « climat pour les affaires », ce qui signifie en pratique plus de subventions pour les investisseurs étrangers.

    Espoir d’une alternative de gauche

    Les votes montrent que les gens croient encore à l'avenir radieux que Vučić promet tout proche, dès que « les réformes » auront été mises en œuvre. Le seul problème est que ces « réformes » ne finissent jamais. La montée de la droite radicale est synonyme de montée de difficultés pour la population. Le problème est que, parmi ces partis, il n'y a pas d'option gauche qui pourrait s’appuyer sur ces évolutions et proposer une alternative à l'état actuel des choses. Mais, si l'on regarde au-delà de la politique des partis, on peut voir émerger différents mouvements. Espérons qu’une alternative radicale de gauche émerge avec eux.


Related articles