• Lettre ouverte
  • Le respect de la mémoire historique en Europe

  • 09 Nov 19 Posted under: Révisionisme , Union européenne , La gauche , Histoire
  • Le conseil d'administration de transform! europe a rédigé la lettre ouverte suivante concernant la résolution « Importance de la mémoire européenne pour l'avenir de l'Europe » adoptée par la majorité du Parlement européen, – rejetée par le groupe GUE/NGL.

    La proposition de résolution commune au Parlement européen – approuvée le 19 septembre à une large majorité – sur « l'importance de la mémoire européenne pour l'avenir de l'Europe » est un acte politique et culturel aberrant qui doit être vigoureusement rejeté.

    En premier lieu, rappelons qu'il n'appartient pas à un organisme institutionnel ou politique de décider par un vote à la majorité d’une quelconque reconstruction de l'histoire. Le recours à l'histoire motivé par le souhait d’imposer une vision révisionniste des principaux événements du siècle dernier pour s’en prémunir comme des armes dans les batailles politiques du moment ne peut pas avoir sa place dans une véritable démocratie.

    En second lieu, les déclarations sur l’histoire du XXe siècle incluses dans la résolution contiennent des erreurs inacceptables ainsi que des distorsions et des visions unilatérales. Il y est affirmé que le pacte Molotov-Ribbentrop du 23 août 1939 entre l'Union soviétique et l'Allemagne nazie a « ouv[ert] la voie au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale ». C’est faire l’impasse sur toute référence au comportement complaisant des démocraties libérales face à l'expansionnisme nazi, qui remonte au moins à l'invasion de l'Éthiopie (1935) et à la guerre civile espagnole déclenchée en appui du coup d'État d'extrême droite mené par le général Franco (1936), se poursuivant avec l'« Anschluss » de l'Autriche à l'Allemagne le 12 mars 1938, la politique d'apaisement aux accords de Munich (1938), enfin le démembrement consécutif de la Tchécoslovaquie non pas seulement par l'Allemagne, mais également par la Pologne et la Hongrie.

    Qui plus est, la résolution ne mentionne pas la contribution énorme à la victoire sur le nazisme, – et qui fut décisive pour le destin même de l'Europe et de l'humanité, – apportée à la fois par l'Union soviétique (avec plus de 20 millions de morts) et par celles et ceux qui, partout en Europe et le monde, souvent guidé·e·s par les idéaux et les symboles des divers courants du mouvement communiste international, ont combattu les troupes de Hitler et ses alliés. La résolution « oublie » Altiero Spinelli, communiste italien, prisonnier politique de 1927 à 1943, co-auteur du Manifeste de Ventotene, qui est souvent reconnu comme l’un des pères fondateurs de l’intégration européenne et, de ce fait, a légitimement donné son nom à l’un des bâtiments du Parlement européen.

    Elle parvient à mentionner Auschwitz sans dire que c’est l’armée soviétique qui a libéré le camp et ses prisonniers destinés à l’extermination. Ou elle oublie délibérément que, dans de nombreux pays (parmi lesquels la France et l’Italie, mais pas seulement), les communistes ont fourni la principale composante de la Résistance au nazisme/fascisme, apportant une contribution majeure à sa défaite ainsi qu’à la renaissance dans ces pays d’une démocratie constitutionnelle réaffirmant les libertés politiques, syndicales, culturelles et religieuses. Sans parler du soutien décisif que les États communistes et les idéaux communistes ont apporté à la libération de peuples entiers qui étaient soumis à l'oppression coloniale et parfois à l'esclavage.

    Se remémorer ces faits, que la résolution omet de manière coupable, ne signifie pas ignorer ou garder le silence sur les aspects honteux de ce qui est communément appelé le « stalinisme » ni sur les erreurs et les horreurs qui se sont également produites dans ce camp. Mais ces éléments ne peuvent oblitérer une distinction fondamentale : alors que le nazisme/fascisme, en donnant naissance à une dictature impitoyable et en annihilant tout espace de démocratie, de liberté et même d’humanité, en persécutant, y compris par le biais de l’extermination annoncée et planifiée, les minorités religieuses, ethniques, culturelles et sexuelles, se contentait d’essayer de mettre en pratique ses programmes tels qu’il les avait publiquement annoncés, les régimes communistes d’avant et d’après la guerre, eux, lorsqu'ils se souillaient par des violations graves et inacceptables de la démocratie et de la liberté, trahissaient au contraire leurs idéaux, leurs valeurs et les promesses faites. Tous ces éléments appellent des questions, des réflexions et des enquêtes mais, de même que la contribution des militants et de l’URSS à la défaite du nazisme, ils ne permettent en aucun cas de mettre nazisme et communisme sur un pied d’égalité comme le fait cette résolution du Parlement européen en son cœur, ni d’identifier, tel qu’on le lit plusieurs fois dans la motion, le communisme au stalinisme, au regard de la grande variété de courants de pensée et d'expériences politiques auxquels le premier a donné naissance.

    Ces falsifications et omissions ne peuvent constituer la base d'une « mémoire partagée », encore moins fournir la base d'un programme d'histoire commune dans les écoles ainsi que le recommande la motion. Cela ne peut pas devenir la plateforme d'une « Journée européenne de commémoration des victimes des régimes totalitaires » que la motion réclame. Et cela ne peut pas non plus offrir un motif pour supprimer des monuments et des lieux commémoratifs (parcs, places, rues, etc.) car, sous couvert de lutte contre un totalitarisme indistinct, ce serait en réalité une invitation à effacer les pages lumineuses et limpides de l'histoire de celles et ceux qui ont contribué, par leur propre sacrifice, à vaincre le nazisme et le fascisme.

    Nous relevons que la proposition du Parlement européen inclut, par nécessité, des gestes inévitables en direction d’un équilibrage de son objectif principal avec l’affirmation de la volonté de lutter contre le « retour au fascisme, au racisme, à la xénophobie et à d'autres formes d'intolérance ». Mais ces appels justifiés à la lutte contre le racisme et le fascisme ne peuvent se fonder sur une utilisation déformée et même fausse de l'histoire, ni sur l'intention déclarée de supprimer les racines d'une composante fondamentale de l'antifascisme, à savoir la composante communiste. Les peuples d'Europe ne doivent pas le permettre.

     

     

    Signataires

    NomPrénomInstitutionPays
    BaierWalterPolitical Coordinator transform! europeAT
    EdlingerFritz AT
    MugrauerManfredAlfred Klahr SocietyAT
    ArtinianArto member of the Institute for Critical Theories of Supermodernity; Borough of Manhattan Community College – City University of New YorkBG / USA
    DeyanovDeyanInstitute for Critical Theories of Supermodernity, SofiaBG
    DeyanovaLilianaSofia University St. Kliment OhridskiBG
    TsonevaJanaCentre for Collective Intervention, SofiaBG
    ArsenijevićDamirUniversity of TuzlaBiH
    GrigorovEmilLaval Universtiy QuebecCA
    BiračDimitrije   CRO
    Čakardić Ankica University of ZagrebCRO
    ĐuraškovićStevoUniversity of ZagrebCRO
    HorvatinčićSanjaUniversity of ZagrebCRO
    HromadžićHajrudin University of RijekaCRO
    JovićDejanUniversity of Zagreb, former Croatian President advisorCRO
    KapovićMateUniversity of ZagrebCRO
    KlasićHrvoje University of ZagrebCRO
    MikulićBorislav University of ZagrebCRO
    PeovićKatarinaUniversity of RijekaCRO
    HudečekJiříCharles University of PragueCZ
    KellerJanformer MEP SD; University of OstravaCZ
    Švihlíková Ilona  CZ
    BidetJacquesphilosopher; University of Paris-NanterreFR
    De CockLaurencehistorianFR
    LarrèreMathildehistorian; University of Parix XIIIFR
    LaurentPierresenior Secretary General of the French Communist Party (PCF)FR
    Le HyaricPatrickChairman of the board and Director of L'HumanitéFR
    MartelliRogerhistorian and Director of RegardsFR
    SèveLucienphilosopherFR
    WurtzFrancissenior Chairman of the group of the European United Left - Nordic Green Left (GUE/NGL)FR
    AzzelliniDarioCornell UniversityGER/USA
    BudenBoris Bauhaus University, WeimarGER
    DahnDanielawriter  GER
    DemirovićAlexUniversity of FrankfurtGER
    DeppeFrankUniversity of MarburgGER
    DörreKlausUniversity of JenaGER
    ErnstCorneliaMEP, Party of the European LeftGER
    GysiGregorPresident of the Party of the European LeftGER
    KesslerMarioUniversity of PotsdamGER
    RillingRainerUniversity of MarburgGER
    WolfFrieder OttoFree University of BerlinGER
    AthanasiouAthinaPanteion University of AthensGR
    BenvenisteRikaUniversity of ThessalyGR
    DouzinasCostasDirector Birkbeck Institute for the Humanities, Birkbeck UniversityGR / UK
    GolemisHarisScientific and Strategic Advisor of transform! europeGR
    KarpozilosKostisDirector Contemporary Social History Archives (ASKI)GR
    SpourdalakisMichalisDean School of Economics & Politics, National and Kapodistrian University of AthensGR
    VaiouDinaNational Technical University of Athens GR
    Krausz TamásEötvös Loránd University BudapestHU
    ArtnerAnnamariaAcademy of SciencesHU
    TamásGáspár MiklósCentral European University Budapest/ViennaHU / AT
    AcerboMaurizioSecretary Partito della Rifondazione ComunistaIT
    AbramoCinziaUniversity of PerugiaIT
    AttardiGiuseppeUniversity of PisaIT
    AttardoEldaUniversity of MilanoIT
    Bertinotti Fausto former President of the Italian parliamentIT
    Boscaino Marina  IT
    CarellaDonata MariaUniversity of RomeIT
    Castellina Luciana journalist, former MP and MEPIT
    Ciofi Paolo Honoary President of Futura Umanitá. Associazione per la Storia e la Memoria of the Italian Communist Party (PCI)IT
    CollottiEnzo historianIT
    Conti Davide historianIT
    CutrufelliRosa MariaauthorIT
    Di LuzioFlaviaUniversity of BolognaIT
    Di QuartoFrancescoUniversity of PalermoIT
    FalàLeilaUniversity of BolognaIT
    Favilli Paolo  IT
    Ferrara Gianni former MPIT
    Ferrero Paolo Vice President of the Party of the European LeftIT
    Forenza Eleonora former MEPIT
    Fratoianni Nicola MP and Secretary of Sinistra ItalianaIT
    GagliassoElenaUniversity of RomeIT
    Gianni Alfonso former MPIT
    LaveniaVincenzoUniversity of BolognaIT
    LeviGiovanniUniversity of VeneziaIT
    LicausiLucianoUniversity of SienaIT
    LiguoriGuido University of Calabria, President of the International Gramsci SocietyIT
    MarianiGiorgioUniversity of RomeIT
    Maselli Citto film directorIT
    Melandri Lea  IT
    Menapace Lidia former Senator and member of the Italian resistanceIT
    MencarelliFabioUniversity of PisaIT
    MicheliMaria RitaUniversity of PerugiaIT
    MincerAleksander (Olek)University of GenovaIT
    Modonesi Massimo Universidad Nacional Autónoma de MexicoIT
    MordentiRaulUniversity of RomeIT
    MoreaRobertoboard member of transform! europeIT
    Musacchio Roberto former GUE/NGL MEPIT
    Napoletano Pasqualina former GUE/NGL MEPIT
    NatoliClaudioUniversity of CagliariIT
    OkićTijana University of PisaIT
    Petrella Riccardo economist and political scientistIT
    Pomeranzi Bianca  IT
    PrevitaliFrancoUniversity of MilanoIT
    PunzoLuigiUniversity of CassinoIT
    Quercioli MincerLauraUniversity of GenovaIT
    Rinaldi Rosa National Secretary Partito della Rifondazione ComunistaIT
    RioloClaudioUniversity of PalermoIT
    Rodano Giulia former regional councilor IT
    RomitelliValerioUniversity of BolognaIT
    RuggieriFrancaUniversity of Rome IIIIT
    RuiMarinaUniversity of GeneveIT
    SampaoloGiovanniUniversity of RomeIT
    SolianiRiccardoUniversity of GeneveIT
    SpagnoloLuigiUniversity of SienaIT
    SpinnlerHansUniversity of MilanoIT
    SuvinDarko McGill University IT
    Tortorella Aldo Honorary President Associazione per il Rinnovamento della SinistraIT
    ViolanteFrancescoUniversity of FoggiaIT
    VitielloOndinaUniversity of PadovaIT
    Voza PasqualeUniversity Aldo Moro, BariIT
    ZuninoFrancoAssociazione Ricreativa Culturale Italiana (Arci), Associazione Nazionale di Amicizia Italia-CubaIT
    KolozovaKaterinaInstitute for Social Sciences and Humanities, SkopjeNMK
    CardinaMiguelResearcher at the Centre for Social Studies (CES), University of Coimbra PT
    de Sousa SantosBoaventurasociologist, Emeritus Professor at Economy Faculty and Emeritus Director of the Centre for Social Studies (CES), University of Coimbra; Distinguished Legal Scholar at the University of Wisconsin-Madison; Global Legal Scholar at the University of WarwickPT
    Flunser PimentelIrenehistorian and researcher at the Institute of Contemporary History (IHC), Universidade Nova de LisboaPT
    LoffManuelhistorian, Professor at the Department of History and Political Studies, University of PortoPT
    BreznikMajaUniversity of Ljubljana and Peace InstituteSLO
    KirnGalUniversity of DresdenSLO/GER
    KržanMarkoInstitute for Workers' StudiesSLO
    MesecLukaparty coordinator LevicaSLO
    MočnikRastkoUniversity of LjubljanaSLO
    PiškurBojanaModern Galery, LjubljanaSLO
    Tomić Violetaparty coordinator LevicaSLO
    VrečkoAstaUniversity of LjubljanaSLO
    Alonso MonteroXesúsformer President of the Royal Galician Academy, University of SantiagoESP
    Andrade BlancoJuanUniversidad de Extremadura (Extremadura University)ESP
    AragónMarianoAssociació Catalana D’Investigacions Marxistes ESP
    Barrio Alonso ÁngelesProfesor of Contemporary History, University of CantabriaESP
    Bueno LluchManuelTrabajador Del Archivo Histórico De Ccoo De Andalucía, Excoordinador Sección De Historia FimESP
    Duarte MontserratÁngelProfesor of Contemporary History, University of CórdobaESP
    Erice SebaresFranciscoProfesor of Contemporary History, University of OviedoESP
    Ferrer GonzálezCristianProfesor of Contemporary History, Autonomous University of BarcelonaESP
    Gallego MargaleffFerranProfessor of Contemporary History, Autonomous University of BarcelonaESP
    Gálvez BiescaSergioarchivero, doctor en historia, Madrid ESP
    Ginard I FeronDavidProfesor Titular De Historia Contemporánea, Universitat de les Illes BalearesESP
    Gómez AlénJoséCatedrático Jubilado De Historia De Enseñanza MediaESP
    Hernández SánchezFernandoProfesor of Contemporary History, Universidad Autónoma de MadridESP
    Hernández SandoicaElenaProfesor of Contemporary History, Complutense University of MadridESP
    Hinojosa DuránJoséProfesor De Historia De Enseñanza Media, Doctor En Historia, ExtremaduraESP
    López LópezPedroProfesor of Contemporary History, Complutense University of MadridESP
    Mainer BaquéJuanCatedrático Jubilado, Coordinador De La Federación IcariaESP
    MolineroCarmeProfesor of Contemporary History, Autonomous University of BarcelonaESP
    Núñez Díaz-BalartMirtaProfesor of History of Social Communication, Complutense University of MadridESP
    Puig ValverdúGuillemProfesor de Historia Contemporánea, Universitat Rovira i VirgiliESP
    Martín RamosJosep Lluís  Professor of Contemporary History, Autonomous University of BarcelonaESP
    Robledo Hernández RicardoProfessor of Contemporary History, University of Salamanca/ Pompeu Fabra UniversityESP
    Santidrián AriasVíctorProfesor De Historia De Enseñanza Media, Doctor En Historia, GaliciaESP
    Sanz HoyaJuliánProfessor of Contemporary History, University of ValenciaESP
    SazIsmaelProfessor of Contemporary History, University of ValenciaESP
    Suárez CortinaManuelProfessor of Contemporary History, University of CantabriaESP
    Vadillo MuñozJuliánProfesor De Historia Contemporánea, Universidad Carlos IIIESP
    Vega SombríaSantiagoProfesor De Historia Contemporánea, Complutense Universidad of MadridESP
    Viñas MartínÁngel Catedrático Jubilado De Economía Aplicada Y De Historia Contemporánea, Complutense Universidad de MadridESP
    Ysàs Solanes PereProfessor of Contemporary History, Autonomous University of BarcelonaESP
    BakićJovo University of BelgradeSRB
    BalunovićFilipfaculty for Media and Communication, University of BelgradeSRB
    KuljićTodorUniversity of Belgrade SRB
    Manojlović PintarOlgahistorian at the Institute for Recent History of Serbia, President of the Reconstruction Women's Fund Managing BoardSRB
    MatkovićAleksandarRegional Science Center, Novi Sad and University of BelgradeSRB
    PantićRadefaculty of Media and Communication, Singidunum University, BelgradeSRB
    SamardžićMiroslavZrenjanin Social ForumSRB
    ŠtiksIgorfaculty for Media and Communication, BelgradSRB
    FraserNancy

    New School NYC

    USA
    del Arco Blanco Miguel ÁngelProfesor Titular de Historia Contemporánea, Universidad de GranadaESP
    San Francisco Matilde EiroaProfesor Titular de Historia Contemporánea, Universidad Carlos III de MadridESP
    Sánchez Pérez FranciscoProfesor Titular de Historia Contemporánea, Universidad Carlos III de Madrid

    ESP

     

    GarcíaCarmenUniversity of OviedoESP

Related articles