• A propos des élections générales au Royaume-Uni

  • Auteur Kate Hudson | 12 May 15 | Posted under: Grande-Bretagne , Élections
  • Le résultat de l'élection générale de la Grande-Bretagne - une courte majorité pour le Parti conservateur - était inattendu. Les sondages et les experts avaient prédit un parlement sans majorité, trop proche pour annoncer qui des conservateurs ou des travaillistes serait le plus grand parti.

     

    La plupart des discussions pré-électorales portaient sur gouvernement travailliste minoritaire, soutenu par des petits partis anti-austérité anti-Trident (controversée armes nucléaires système de la Grande-Bretagne) qui émergeaient dans les sondages.

    En fait, les conservateurs sont clairement apparus gagnants avec 331 sièges et 36,9% des voix, provoquant une surprise même pour eux-mêmes, et formant un gouvernement majoritaire pour la première fois depuis le gouvernement de John Major de 1992 à 1997. Les vrais perdants sont les libéraux-démocrates, précédemment en coalition avec les conservateurs, avec un nombre de sièges parlementaires passant de 56 à 8. Ils ont été sévèrement punis par leurs électeurs pour avoir mis un gouvernement conservateur au pouvoir pendant cinq ans avec son programme idéologique d’austérité massive, de redistribution de la richesse des gens ordinaires aux riches : après cinq ans de gouvernement de coalition les riches n’ont jamais été aussi riches.

    Les travaillistes ont chuté en deçà de leurs résultats attendus, avec 232 sièges et 30,4% des voix. Ils ont échoué à présenter une stratégie économique alternative, acceptant le discours conservateur selon lequel les coupes dans les dépenses étaient nécessaires. Un nombre insuffisant d'électeurs étaient prêts à voter pour les travaillistes, sur cette base, en particulier lorsque Cameron pouvait pointer certains indicateurs économiques actuels suggérant que l'économie allait mieux et qu’il valait mieux rester avec la « paire de bras sans danger » des conservateurs . Les travaillistes n’ont pas réussi depuis la dernière élection en 2010 à contester efficacement l'affirmation des conservateurs selon laquelle le Parti travailliste était responsable de la crise économique de la Grande-Bretagne – et n’on pas su répondre qu’il s’agissait d’une crise économique mondiale - et il était maintenant trop tard pour casser ce mythe.

    Il y a deux facteurs particulièrement significatifs pour cette élection. Tout d'abord, le Scottish National Party - histoire d'une remarquable réussite à l'élection - qui a obtenu 56 sur 59 sièges en Ecosse, le plus souvent au détriment des travaillistes auparavant dominants en Ecosse et maintenant réduits à un siège. Le SNP avait auparavant 6 sièges, mais il est devenu le troisième plus grand parti au Royaume-Uni. Depuis le No vote dans la campagne du référendum écossais de l'année dernière, il y a eu en Ecosse une résurgence extraordinaire de l'activisme politique et de l'engagement de terrain, basé sur de la campagne du Oui, qui s’est manifestée dans une sorte de réveil nationaliste radical qui a abouti à ce vote transformateur. Le SNP a fait campagne sur une plate-forme fortement anti-austérité et anti-Trident - travaillant en étroite collaboration avec Plaid Cymru (Parti de Galles) et le Parti vert, dont trois leaders femmes ont complètement modifié la dynamique des débats pré-électoraux. Le SNP a réussi à briser les contraintes du système électoral majoritaire à un tour, en partie à cause de la nature de ses politiques et du puissant sentiment permanent concernant l'indépendance, mais aussi parce que le SNP était déjà au gouvernement du Parlement écossais, où fonctionne une forme de représentation proportionnelle. Ce début permettait de briser le moule de l'élection à Westminster.

    Cela nous amène au deuxième facteur important : cette élection peut être considérée comme la dernière étape de la crise continue et croissante du système électoral de la Grande-Bretagne. Cette élection a montré très clairement qu’avec le système majoritaire à un tour, un grand nombre d'électeurs ne sont absolument pas représentés au parlement. Le nombre de sièges obtenu par le SNP semble suggérer qu'ils ont gagné pratiquement tous les votes, mais en fait ils ont recueilli environ la moitié des suffrages exprimés. Si l’on prend deux autres partis qui ont eu un soutien accru cette foi s: le parti d'extrême droite UKI a obtenu le troisième plus grand nombre de votes - 12,6% ou près de 4 millions de voix, mais n’a eu qu’un seul siège ; et le Parti vert, qui a obtenu 3,8% ou environ un million de votes a également eu un seul siège. La demande de réforme électorale s’accélère maintenant ; la proportionnelle existe déjà pour les parlements écossais et gallois, les élections européennes et l'élection de l’Autorité du Grand Londres et il sera plus difficile pour le gouvernement de maintenir un système manifestement injuste. Il y a déjà des appels à une convention constitutionnelle sur cette question et les travaillistes ont maintenant compris pourquoi le changement est nécessaire - avec la proportionnelle, ils n’auraient pas perdu pratiquement tous leurs sièges en Écosse au profit du SNP. Un changement du système électoral ouvrirait également la possibilité d’un développement d'un parti de gauche radicale électoralement viable.

    Depuis l'élection, il y a eu une recrudescence des protestations et de l’activité de rue - la perspective de cinq ans de plus d'austérité pousse les gens à l'action, pour défendre ce qui reste de notre État-providence et vaincre le discours trompeur du néo- libéralisme. Le mépris et la méfiance du public pour de l'establishment n’ont jamais été aussi forts ; l’ensemble de ces facteurs fournit la base pour travailler dans l'unité à organiser une alternative.



Related articles

Grande-Bretagne

Élections