• Élections municipales 2014 en Hongrie

  • Auteur Matyas Benyik | 15 Oct 14 | Posted under: Europe centrale et orientale , Hongrie
  • Le parti de droite au pouvoir, le Fidesz, a remporté une victoire éclatante aux élections municipales à l'échelle nationale le dimanche 12 octobre 2014. Ce qui consolide la position du Premier ministre Viktor Orban et son parti comme force politique dominante de la Hongrie depuis le changement de système. Le Fidesz a remporté les mairies dans toutes les dix plus grandes villes, sauf une, dont la capitale Budapest, où il contrôle désormais 17 districts sur 23. 
Une coalition de partis de gauche de l'opposition a lutté pour maintenir sa représentation mais a été reléguée à la troisième place dans certaines villes ; elle pourrait gagner une seule grande ville - Szeged - et perdre des sièges au conseil municipal de Budapest. Bien que le parti d'extrême droite Jobbik atteignait jusqu'à 20% dans les sondages dans certaines régions dunord-est de la Hongrie, il n'a pas réussi à gagner de grande ville. Les sondeurs et les analystes politiques pensaient que Jobbik allait obtenir de bons résultats dans les zones rurales. Au final, le parti est arrivé deuxième dans 17 comtés sur 19 et a gagné 9 villes, contre 3 en 2010. A Budapest, comme prévu, il n'a pas réussi de percée. 
Gabor Vona, le leader de Jobbik, a déclaré que son parti avait remporté un vif succès dans les élections locales, ajoutant qu'il était certain le choix se ferait entre le Fidesz et Jobbik aux élections générales de 2018. Il a dit que la "la majorité des deux tiers de Fidesz ne durerait pas éternellement" et Jobbik pourrait ainsi commencer à se préparer pour le gouvernement. 
Dans les élections nationales, européennes et locales, Jobbik a utilisé un ton plus modéré. Les sondages ont montré que, bien que les partisans du Jobbik étaient largement plus anti-Roms que la moyenne, leur racisme a reculé au cours de la dernière année, probablement en raison du langage plus modéré adopté par leurs dirigeants. L'assouplissement de la rhétorique n'est pas seulement une arme tactique, mais reflète un changement dans l'origine sociale des membres de Jobbik. Alors qu'à l'origine Jobbik a recruté ses partisans parmi les bas salaires ou les personnes au chômage et sans espoir, les soutiens typiques sont aujourd'hui relativement plus instruits, avec des salaires supérieurs à la moyenne, mais craignant de perdre leur statut.Certains des slogans du Jobbik sont conçus pour gagner des électeurs de gauche, et le glissement vers une position plus modérée a été jugée fructueuse par ses dirigeants. 
  


    Budapest, le 13 octobre 2014


Related articles