• Élections du Conseil municipal de Vienne
  • Le parti d'extrême droite obtient près d'un tiers des suffrages

  • Auteur Mirko Messner | 15 Oct 15 | Posted under: Autriche , Élections
  • Le Parti social-démocrate a un peu baissé mais n’est pas vaincu. Le Parti de la Liberté d'extrême-droite a obtenu près d'un tiers des voix, ce qui en fait la deuxième parti le plus fort de la ville. L'alliance de gauche a vu ses résultats s’améliorer légèrement au niveau des quartiers.

     

    Le Parti social-démocrate (SPÖ) a un peu baissé mais n’est pas vaincu ; le Parti de la liberté d'extrême droite (FPÖ) a obtenu près d'un tiers des voix, ce qui en fait la deuxième parti le plus fortt de la ville ; le vote vert a continué de stagner, ce qui signifie que le parti semble susceptible de continuer à gouverner la ville en coalition avec le SPÖ ; Le Parti conservateur populaire (ÖVP), dont la plateforme est presque identique à celle des nouveaux partis récemment créés Nouveau Autriche et Forum libéral (NEOS), a vu son score chuter vote au-dessous de 10% ; et l'alliance de gauche a vu une relativement légère amélioration de ses résultats (par rapport aux résultats 2010 du Parti communiste d'Autriche, KPÖ). Ce sont les points clés si nous examinons rapidement le tableau des élections municipales du 11 octobre 2015 à Vienne.

    Le fait que le SPÖ est en train de perdre le soutien de la droite, et à un rythme soutenu, était évident avant les résultats des dernières élections fédérales tenues en Styrie et, en particulier, en Haute-Autriche. Comme l’ont reconnu de nombreuses voix au sein du Parti social-démocrate, le processus d'érosion qui sous-tend ces pertes électorales est lié à la participation du parti à l'effet boulet de canon néolibéral. La situation à Vienne n’est fondamentalement pas différente de celle du reste du pays, mais avec une réserve importante : le pouvoir et l'influence des sociaux-démocrates de Vienne repose sur un substantiel et (même à l'échelle européenne) important héritage social (d'où le nom «Vienne rouge ») qui préserve le parti. Cependant, c’est le parti lui-même qui contribue à la désintégration de cet héritage, l'ouvrant un espace à la progression de l'extrême-droite (littéralement si on regarde l'exemple des logements municipaux de Vienne).

    Mais au moins deux autres récents développements politiques ont conduit aux résultats particuliers aux élections de Vienne de 2015 :

    La baisse du SPÖ en Haute-Autriche

    Tout d'abord, il y a eu le drame qui s’est déroulé deux semaines avant les élections de Vienne avec les lourdes pertes du SPÖ fédéral en Haute-Autriche (le troisième plus peuplé des neuf Etats fédéraux d'Autriche). Le parti n'a pas hésité à exprimer des points de vue hideux, penchant vers l'extrémisme de droite, à la lumière de la crise actuelle des réfugiés. Et le soir de l'élection, le parti a dû brutalement réaliser que courtiser les chauvins avait non seulement les ai nulle part, que cela avait accéléré son propre déclin, tout en donnant un coup de fouet à la popularité en croissance rapide du FPÖ. (D'autre part, l'alternative de gauche - à Linz le KPÖ - a été reconnue par une augmentation considérable de votes pour sa position anti-raciste sans compromis, les Verts de Haute-Autriche ont également connu une augmentation similaire).

    Initiatives humanitaires dans les communautés locales

    Le deuxième développement politique qui a eu un impact sur le résultat des élections dans la capitale autrichienne était la soudaine mobilisation de larges couches de la société autrichienne pour offrir une aide humanitaire aux réfugiés, peu de temps avant les élections à Vienne. Des milliers et des milliers d'auxiliaires bénévoles sur les autoroutes, le long des frontières autrichiennes et dans les gares de Vienne pour offrir une aide directe ont été au cœur des manifestations anti-racistes qui ont pris des proportions insoupçonnées dans la campagne électorale de Vienne : 10.000 ont marché ; 150 000 ont assisté à un concert de clôture à la Heldenplatz de Vienne, où plusieurs artistes se sont produits.

    Le « duel » pour Vienne a été lancé

    Le maire social-démocrate de Vienne, Michael Häupl, a senti qu'il devait saisir l'instant. Reconnaissant qu'il perdait des votes à droite, il a compensé cette perte en déplaçant son attention à gauche. Il a clairement affirmé très tôt qu'il n'y aurait « pas de coalition avec le FPÖ », et dans les jours précédant l’ouverture du vote, le message principal envoyé par le SPÖ de Vienne était « l'humanité et non la haine ». C’est devenu le slogan de l'un des « duels » (comme les ont qualifiés les médias) entre Häupl et Heinz-Christian Strache (dirigeant et premier candidat du FPÖ).

    Mais tout le tapage autour de ce « duel » SPÖ / FPÖ n’avait rien de nouveau pour le public viennois. Le même spectacle avait déjà été joué avec beaucoup de bruit par les médias en 2010. Mais cette fois, l'événement a non seulement été mis en scène avec plus de force, il a également eu lieu dans le contexte de la montée des mouvements populistes d'extrême-droite et de droite qui en ont effrayé beaucoup, provoquant un état de quasi-panique chez de nombreux électeurs de gauche - même dans les rangs du KPÖ. Cela les a amenés à soutenir Häupl et le SPÖ. Cette panique a été alimentée par les sondeurs d'opinion, qui ont été très efficaces pour façonner l'opinion publique et donner un coup de pouce aux campagnes du SPÖ et du FPÖ.

    Un succès marginal pour l'alliance de gauche

    L'option alternative à la gauche du SPÖ et les Verts, le « Wien anders – ANDAS » (« Un autre Vienne »), coalition constituée par le KPÖ, le Parti Pirate, la plate-forme pour les indépendants et le Groupe des vrais Verts, a réussi à transformer cette situation en un léger (au niveau municipal) et considérable (au niveau des quartiers) gain de votes pour le KPÖ (d'environ 10 600 à un peu moins de 12 500 votes). En outre, ils ont réussi à ajouter deux autres quartiers de Vienne aux trois déjà détenus par le KPÖ. Ce qui semble être un résultat respectable du point de vue d'un étranger, étant donné les facteurs externes qui influent sur cette élection, a été vécu comme une déception par de nombreux militants d'Anders Wien. Pour moi, ce pessimisme est sans fondement, même si le parti n'a pas réussi à atteindre son objectif très ambitieux de surfer sur l'élan acquis par le mouvement « Europa anders » (lors des élections européennes, la coalition de gauche a doublé ses voix à Vienne). Ces deux élections ont eu lieu dans des contextes politiques très différents.

    La dynamique est toujours à droite

    Penser que le SPÖ s’est déplacé vers la gauche ou même que le paysage politique viennois pencherait à gauche ne serait pas seulement un fantasme insensé éloigné de la réalité, ce serait nier la réalité. Aussi positif que ce soit que Häupl soit resté maire social-démocrate de la seule ville d'Autriche de plus d’un million d'habitants et n'ait pas été évincé par un populiste de droite, la réalité est que Johann Gudenus, un politicien d'extrême-droite, selon la constitution de la ville, est adjoint au maire. La réalité est que la puissance réelle des populistes de droite a sensiblement augmenté dans les quartiers ; que de nombreux représentants sociaux-démocrates au niveau des quartiers s’entendent bien avec le FPÖ ; et que, même dans le SPÖ de Michael Häupl, certains sont quelque peu disposés à répondre aux souhaits du Parti de la liberté autrichien. Hans Niessl, le gouverneur SPÖ du Burgenland, a déjà conclu une coalition formelle avec le FPÖ. Du point de vue de Vienne, Burgenland est simplement à un jet de pierre.

    Les militants de «  Wien Anders » devront travailler dur dans les prochaines années pour être présents dans les quartiers de Vienne. Et à en juger par les discours venus de leurs rangs, ils ne sont pas prêts à le faire. Et il faut qu’ils le soient : duel ou pas duel, le SPÖ ne montre aucun signe de changement et de s’opposer au courant dominant néolibéral.


Related articles

Autriche

Élections