• 14 novembre - Une date pour la solidarité européenne
  • Journée d'action de la CES : Un tournant ?

  • Auteur Richard Detje | 04 Dec 12 | Posted under: Mouvements Sociaux et syndicats
  • Le 14 novembre - en plein milieu de semaine - quelque chose de nouveau est arrivé. Rayonnant à partir d'Espagne et du Portugal, des syndicalistes d'Italie, de Grèce, de France et de Belgique ont arrêté le travail. Une "Journée d'actions et de solidarité" coordonnée a eu lieu en Europe, ce qui est une nouveauté. Une journée de résistance contre les plans de restructuration de l'Europe à propos desquels Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, avait émis la courte phrase: "Le modèle social européen est mort".

    Trois processus de transformation sont derrière ces développements :

    1. Depuis trois ans, la crise mondiale des marchés financiers et de l'économie la vie économique, sociale et politique de l'Europe. Au lieu d'agir contre la contraction de la richesse sociale après le creux de la crise à l'été 2009, L'Union monétaire européenne se trouve elle-même en crise depuis le 2 ème. La majorité de la population paie cash avec son existence sociale. Le taux de chômage atteint jusqu'à 25% en Grèce et en Espagne et plus de 15% en Irlande et au Portugal - niveaux historiquement les plus élevés. Mais même un taux de chômage entre 35% et 55% pour les jeunes générations n'est que la partie immergée de l'iceberg socio-économique sur lequel s'écrasent les perspectives d'avenir ; dans les Etats en crise, les perspectives d'une vie de sécurité sans passer par les emplois précaires, temporaires et ne garantissant pas l'existence sont limitées à la minorité des élites traditionnelles.

    2. Dans le même temps, le baromètre de la crise actuelle, les dettes publiques sont fortement orientés à la hausse.   En Espagne et au Portugal, le niveau d'endettement depuis 2008 a augmenté d'environ 50 points à respectivement 90,7% et 119% du PIB, en Irlande et en Grèce d'environ 60 points à 118 et 171% respectivement. Et cela sous le régime d'austérité le plus dur que même Margaret Thatcher et Ronald Reagan dans des conditions démocratiques, sans parler du laboratoire historique de Chicago Boys au Chili, n'auraient oser imaginer.

    La gestion de la crise de l'Europe est faite en grande partie en dehors des procédures démocratiques. Avec le Six pack, le Semestre européen et les procédures du Pacte budgétaires a été mis en place ce qui, dans les années à venir, sera institutionnellement codifiés, avec un ministre européen des Finances et un gouvernement euro-économique qui doivent être ratifiés par une Convention. Le bref intermède des "cabinets de technocrates" en Grèce et l'Italie se révélera comme une phase expérimentale un régime austéritaire partout en Europe, pas vers un capitalisme autoritaire. Ce régime est fondé sur les divisions sociales et politiques que les médias tracent entre une «périphérie» méditerranéenne et un « centre » autour de l'Allemagne. Cependant, la France - dont le président social-démocrate se retrouve dans le fossé selon un sondage d'opinion en raison de son "agenda de l'indifférence" - ainsi que l'Italie, où de nouvelles élections auront lieu au printemps 2013, joueront un rôle décisif.

    Dans ce scénario, la « Journée d'action et de solidarité » de la Confédération européenne des syndicats (CES) pourrait marquer un tournant.Car jusqu'ici, la solidarité syndicale européenne apparaissait seulement dans les communiqués de presse. Même dans les pays où le démantèlement du modèle social européen - avec la retraite à 67 ans comme point de repère - a été réglementés d'en haut sous l'égide de l'UE. Au cours des cinq dernières années de crise européenne et de montée des politiques d'austérité, il n'y avait pas positions syndicales sur l'Europe valant la peine d'être évoquées. Néanmoins, cela peut changer.

    Les fondations ont été créées ce 14 novembre :

    En Espagne et au Portugal, une grève générale de 24 heures a paralysé la vie publique, non seulement dans les transports et le le système postal, l'éducation et les hôpitaux, mais aussi dans le secteur industriel, comme VW-Seat, Opel et Nissan en Espagne. Au Portugal, c'était la troisième, en Espagne la deuxième grève générale de cette année. A Madrid et à Barcelone seulement, environ 2 millions de personnes ont manifesté les rues. La Grèce, après une grève générale de deux jours au cours de la première semaine de Novembre, une grève de trois heures par jour a été décidée. En Belgique, les chemins de fer ont été paralysés et en Italie, la CGIL a appelé à un arrêt de travail de quatre heures ; en France, des manifestations ont eu lieu « Pour l'Emploi et de la Solidarité - contre les mesures d'austérité". Et en Allemagne, des actions de solidarité ont eu lieu entre autres à Stuttgart, Berlin, Francfort, Munich et Kassel. Le 10 octobre, plus de 100 000 personnes avaient manifesté en Grande-Bretagne contre la politique des ToryLibs, le TUC avait annoncé une « grève générale ».

    Ce ne fut pas et de loin la fin de la fracture au sein du mouvement syndical européen - une ligne qui ne passe pas entre les gagnants d'un régime corporatiste concurrentiel et les Etats endettés, mais aussi au sein des confédérations syndicales nationales. Mais cela pourrait être le nouveau récit au sein du mouvement syndical européen. Les repères ont changé : tous ceux qui sont contre le modèle de socialisation autoritaire "à la Pacte budgétaire" devrait également lutter pour la refondation d'une nouvelle Europe économique et démocratiquement fondée.

    Last but not least, un travail conceptuel pour la re fondation d'une Europe démocratique est un défi. Quelques jours seulement avant le 14 novembre, 4000 représentants d'organisations de la société civile se sont réunis à Florence pour un échange et ont, entre autres, décidé la tenue d'un Altersummit en juin 2013 à Athènes - un sommet avec un agenda alternatif contre la dictature budgétaire de l'UE.

    Certes, l'horizon temporel de cet agenda alternatif pour une Europe démocratique est courte. Merkel / Schäuble voudraient voir leur «nouvelle Europe» mise en place dans les deux ans.

    Le 14 novembre devrait être le début d'une Europe de la solidarité entre les syndicats et les autres organisations de la société civile. La tâche n'est pas facile : en dehors de l'Anti-agenda, il sera très important de travailler sur un accord sur la façon de structurer l'emploi selon de nouvelles règles, du Nord au Sud, d'Ouest en Est - en bref, sur un nouvel ordre économique basé sur la solidarité, capable de marquer une rupture historique et progressiste par rapport aux stratégies de la concurrence de Lisbonne qui ont échoué depuis longtemps. Un ordre économique qui ouvre des perspectives d'avenir aux jeunes chômeurs en prenant des décisions sur le «pourquoi», le «comment» et le «pour qui» la production est organisée.

    Ce texte a d'abord été publié en allemand : www.sozialismus.de

    Photo par New APPS Blog


Related articles