• Rapport de la Conférence internationale de Copenhague, le 16 Mars
  • Alternatives à la croissance

  • Par Inger V. Johansen | 18 Apr 13
  • Cette deuxième conférence internationale de Transform! Danmark - la première a été organisée il y a un an - a confirmé que c'était un bon choix pour promouvoir un débat sur les alternatives à la croissance après la conférence de l'an dernier sur « La crise en Europe - Les alternatives de gauche. »

    Même avant la conférence, un énorme intérêt était perceptible. Même si nous avons choisi d'être moins ambitieux que l'an dernier - l'organisation d'une conférence d'une journée cette année - il y avait environ 140 participants, ce qui dépassait la capacité de la salle. Les contributions des orateurs ont été d'une très grande qualité, ce qui fait que les participants se souviendront de la conférence. Les nombreux retours positifs confirment que c'est le cas.

    La conférence pourrait être considérée comme une suite naturelle à la première - poursuite et élargissement du débat sur les alternatives de gauche, en mettant l'accent sur un nécessaire débat sur les alternatives écologiques et équitables à l'économie et à la pensée environnementale dominantes. La conférence en a montré la nécessité. La croissance est devenue un mantra en ces temps de crise et de récession, compréhensible avec le manque d'emplois. Cependant, c'est précisément pourquoi ce débat est central - il faut penser différemment et de façon critique au sujet de la croissance et développer des politiques alternatives, même en temps de crise, lorsque l'objectif est de transformer et de changer les sociétés pour les rendre écologiquement et socialement durables et équitables.

    Les intervenants

    Gabriele Michalitsch, politologue et économiste à l'Université de Vienne, a parlé de la question de la formation de sujets néolibérales et comment le néolibéralisme avait étendu à toutes les parties de la société et à l'intérieur de l'individu - une expression de la théorie du capital humain.Elle a souligné 9 postule que déplacer notre subconscient dans la société néolibérale: autonomie (en se concentrant sur ​​soi-même), l'entrepreneuriat, l'activité (liée à l'initiative), fitness, choix (lié au marché), la concurrence, l'auto-production, principe du mérite (de base principe de l'inégalité), l'équité (mais pas de la justice), et la privatisation.Elle a souligné que bien que la base de ces hypothèses, la sphère publique est réduite et le féminisme par exemple devient un problème individuel - une femme doit s'émanciper. Ce n'est plus une tâche collective.   Il s'agit d'une lutte pour la survie individuelle. «La gauche doit s'interroger et de s'opposer à ces hypothèses néolibérales», dit-elle. "Nous devons essayer de développer des approches alternatives à la croissance et un débat sur la décroissance».

    Inge Röpke, professeur à l'université d'Aalborg au Danemark, insisté sur la nécessité pour l'économie écologique.Elle a expliqué pourquoi le PIB est une mesure inappropriée pour le bien-être sociétal avantages sociaux et les coûts sont à la fois le comptage comme positif dans le PIB - et renvoyé à un «obsession du PIB» dans les sociétés d'aujourd'hui. Avec «métabolisme social» comme point de départ, elle a expliqué l'interaction humaine avec la biosphère et alors que l'ampleur de la consommation est d'une importance primordiale pour la biosphère.Nous voyons aujourd'hui des signes de limites planétaires sous la forme d', entre autres, le changement climatique. Inge Röpke a recommandé de regarder la vidéo de Rockström sur les limites planétaires.Elle a proposé la nécessité d'examiner les différents indicateurs de l'échelle, y compris l'extraction mondiale et les flux de matières de combustibles fossiles, des minéraux, des métaux et de la biomasse ainsi que l'ampleur de la consommation locale et régionale en ce qui concerne le «monde plein». Elle a souligné la nécessité d'une vision du monde, qui prend en compte le fait que "Lorsque j'utilise les ressources, vous ne pouvez pas" et "L'argent ne peut se développer, mais pas l'économie réelle réel". Et donc nous avons besoin d'une nouvelle conceptualisation de l'échange inégal, qui ne considère pas uniquement les relations commerciales en termes monétaires, mais comprend également les termes physiques où les inégalités mondiales sont encore plus prédominante en termes monétaires.

    Petter Næss, Professeur à l'Université norvégienne des sciences de la vie, a parlé de contradiction fondamentale entre un système économique axée sur le profit et la durabilité environnementale à long terme. Dans une économie axée sur le profit, l'accumulation du capital est une force motrice dans, et non la croissance de l'économie tend à se traduire par des crises économiques et sociales graves. D'autre part, un découplage de la croissance économique de l'épuisement des ressources et la dégradation de l'environnement n'est possible que dans certains secteurs ou types de produits et dans les perspectives de temps relativement court. Petter Næss a utilisé des exemples de planification urbaine au Danemark et en Norvège pour expliquer pourquoi de bonnes initiatives pour réduire l'utilisation des ressources seront compromis par les effets de rebond si les sociétés ne se transforment en sociétés fondées sur la durabilité environnementale et sociale - et a conclu que la croissance verte comme une illusion . En outre, il a expliqué comment des hypothèses quant à la possibilité du capitalisme état ​​stationnaire ne tiennent pas compte de la relation entre le capital et la plus-value, qui constitue un mécanisme puissant moteur de l'économie capitaliste vers une croissance illimitée.Petter Næss a proposé la nécessité d'une évolution de la société en "écosocialisme".

    Enfin Christa Wichterich, professeur à l'Université de Kassel, et Women in Development Europe (WIDE), ont montré comment re-politiser les questions économiques dans une perspective féministe de la reproduction sociale, et ont souligné le potentiel émancipateur de l'économie solidaire. Elle voit beaucoup d'environnements autour de la femme individuelle; la première est le corps, et nous avons ici des soins.   D'autres sont, la sécurité alimentaire du travail, des biens, des ressources (énergie).   Elle voit le dogme de la croissance capitaliste comme un cercle de booms et les accidents, comme une crise après l'autre.  Les fonctions de marché capitaliste par la reproduction sociale et le travail non rémunéré et la régénération de la nature. Elle voit le travail de soins non rémunéré que le travail, et nous devons surmonter la distinction entre production et reproduction.   Nous devons reconnaître le travail de soins, et à cet égard nous devons décoloniser notre état ​​d'esprit.  Elle a longuement parlé de la perspective de l'écologie politique féministe (écoféminisme) et a trouvé beaucoup de chevauchement avec le concept de «Buen Vivir" des populations autochtones en Amérique latine. Par exemple, en Bolivie et en Equateur il ya un conflit entre l'écologique et le social. En utilisant les ressources naturelles, il est possible d'établir des programmes sociaux.

    Conclusions

    Les intervenants à cette conférence ont porté sur l'information, la connaissance et la divulgation de la pensée dominante en vue de favoriser la compréhension de la nécessité de briser la logique capitaliste néolibérale et à promouvoir la transformation systémique. Il ya encore une grande quantité de questions qui seront débattues liée à élaborer des politiques alternatives concrètes. Ce sera pour une prochaine conférence.

    Les orateurs ont été unanimes dans leur opinion sur la nécessité d'une transformation. Cependant, il ya des différences concernant le changement de système - plus d'un ouverture latérale vers une approche plus progressive et réformiste et de l'autre un convaincu de la nécessité de rompre avec le système capitaliste pour faire changement.

    Il y avait une table ronde concluant avec le public, avec des questions concernant l'expérience des intervenants pour promouvoir un changement de mentalité. Malheureusement, les haut-parleurs ne sont pas très optimistes - soulignant leurs propres difficultés dans le monde universitaire où ils travaillaient, où il y avait - comme on dit - une nette tendance à essayer de marginaliser les autres points de vue.