• La Bosnie-Herzégovine en feu
  • Révolution à la périphérie de l'Europe

  • Auteur Mate Kapović | 12 Feb 14 | Posted under: Bosnie-Herzégovine , Europe centrale et orientale
  • Le 7 février, les bâtiments du gouvernement étaient en feu dans toute la Bosnie -Herzégovine. Les habitants de la Bosnie-Herzégovine, longtemps silencieux, ont décidé de dire ce qu'ils pensaient. Et quand ils l'ont fait, ce ne fut pas avec des mots – mais ce fut un rugissement. Il y eut du feu, des pierres et de violents combats avec la police.

    L'image la plus impressionnante et la plus symbolique des premiers jours de la rébellion a été celle d'un bâtiment gouvernemental en flammes à Tuzla, la ville où tout a commencé, avec des graffiti « mort au nationalisme. Comme le nationalisme était l’argument préféré de toutes les élites politiques de Bosnie-Herzégovine pour justifier leur oppression politique et économique, c’était un message très fort.
    Les premiers ministres des cantons de Bosnie-Herzégovine ont commencé à démissionner, l’un après l’autre. Le dimanche 9 février, le Premier ministre croate Zoran Milanović est allé à Mostar, une ville de Bosnie-Herzégovine ayant une importante population croate, pour y rencontrer les dirigeants croates de là-bas, alors que le président de la République de Srpska (la partie serbe de Bosnie et -Herzégovine ), Milorad Dodik, a été convoqué en Serbie pour rencontrer le premier vice-président Aleksandar Vučić (le dirigeant officieux de la Serbie). Les raisons sont claires. Les élites politiques de Croatie et de Serbie craignent, entre autres choses, que ce que certains appellent déjà la «révolution de Bosnie » ne déborde sur leur territoire.
    Sans aucun doute, la situation économique en Bosnie-Herzégovine est terrible. Le pays était autrefois connu pour ses nombreuses usines et une classe ouvrière puissante - les armoiries de l'ancienne République socialiste de Bosnie-Herzégovine (partie de la Yougoslavie) portaient des cheminées d'usine pour la représenter. Maintenant, beaucoup de ces usines sont fermées, le reste est privatisé par des sociétés étrangères ou une classe capitaliste récente, et dans certaines d'entre elles les travailleurs travaillent mais ne perçoivent pas leurs salaires (ce qui est assez fréquent dans le capitalisme post-yougoslave). Le pays a un taux de chômage d'environ 45%. La Croatie et la Serbie voisines ne sont pas en aussi mauvais état, mais leurs élites ont aussi beaucoup de raisons de s'inquiéter, car la situation générale est également très loin d'être encore quelque peu satisfaisante. Par exemple, le chômage des jeunes en Croatie est d’environ 53 %, derrière la Grèce et de l'Espagne dans l'Union européenne.
    La rébellion explosive et, dans certains cas, assez violente en Bosnie-Herzégovine avait ses propres raisons locales - la pauvreté endémique, de grandes inégalités, un appareil bureaucratique énorme et la succube politique et capitaliste au maximum. Toutefois, ce soulèvement en Bosnie est aussi partie intégrante des soulèvements du monde de ces deux dernières années. Après le déclenchement de la crise économique en 2008 et quelques années de choc initial, une vague de protestations et de grands soulèvements a débuté en 2011 avec le Printemps arabe, le mouvement des Indignés en Espagne et Occupy Wall Street aux Etats-Unis. L'année dernière, nous avons vu d'importants soulèvements en Turquie et au Brésil. L’ex-Yougoslavie n’a pas été épargnée par cette vague. Déjà en 2011, il y a eu de grandes manifestations « Facebook » en Croatie durant tout le mois en mars. Bien que politiquement très hétérogène, c'était aussi la première fois que des messages ouvertement anti- capitalistes ont été affichés dans tous les pays post- yougoslaves et les protestations sous diverses formes ont anticipé le mouvement des Indignés et OWS, partageant avec eux un commun esprit clair. En mars 2012, la Slovénie a été secouée par un « soulèvement slovène » populaire qui a influencé énormément le discours public dans le pays et a donné lieu à de nouvelles forces politiques (telles que l'Initiative pour le socialisme démocratique potentiellement prometteuse). En 2014, ce fut le tour de la Bosnie -Herzégovine. Elle était la dernière à réagir, mais sa réponse a été de loin la plus puissante.
    Après le début de la rébellion, presque tous les analystes ont insisté sur le fait que celle-ci était inévitable et qu'ils étaient certains que cela devait arriver tôt ou tard. Bien sûr, ce n'est pas vrai. Bien que la situation en Bosnie-Herzégovine ait en effet été catastrophique, avant tout cela la plupart des analystes ont affirmé que ce genre de soulèvement était impossible parce que les gens sont passifs, inertes et divisés par le nationalisme. Mais, comme c'est souvent le cas, il y avait une étincelle imprévisible et tout s'est rapidement développé à partir de là.
    Le soulèvement a commencé à Tuzla, une ville dans la partie nord-est du pays et ayant une longue tradition de gauche et de la classe ouvrière. « Une ville différente », comme on le prétend souvent, parce que le nationalisme ne s'y est jamais établi fermement, contrairement au reste du pays. Il n'est donc pas étonnant que ce soit cette ville qui se trouve dans l'œil du cyclone. Là, les travailleurs d'usines privatisées (comme Dita, Polihem et Konjuh) protestaient pacifiquement pour diverses raisons depuis un certain temps. Le 5 février, ils ont été rejoints par des jeunes de la ville, des chômeurs et autres et la protestation a commencé à dégénérer, la propagation dans les jours suivants à la plupart des régions (les actions les plus importantes ayant lieu à Tuzla, Sarajevo, Zenica, Mostar et Bihac, qui sont parmi les plus grandes villes du pays), l’essentiel des affrontements violents et des incendies s’est produit le vendredi 7 février.
    Les protestations étaient clairement spontanées et avaient des revendications sociales à leurs racines. De nombreux manifestants ont affirmé qu'ils n'avaient tout simplement rien à manger, qu'ils avaient été au chômage pendant des siècles et exprimaient un profond mépris pour l'élite politique et économique criminelle. Bien que la rébellion ait eu lieu dans la plupart des régions de Bosnie habitées par les Bosniaques musulmans (que les nationalistes croates et serbes étaient heureux et prompts à désigner), la rébellion était clairement sociale et non nationaliste – mis à part des provocations, des actes de sabotage et des marginaux -. Bien sûr, les manifestations sont, comme c'est souvent le cas, hétérogènes, par exemple, un grand nombre de fans de football rejoignant les rangs de l'aile militante des manifestants. Les protestations se produisent encore principalement dans certaines régions du pays où les Bosniaques sont prédominants, mais il y a quelques exceptions. A Mostar, la ville du sud- ouest du pays, des Croates et des Bosniaques ont incendié le siège des deux principaux partis nationalistes croates et bosniaques (HDZ et SDA). Des Croates ont également participé à des protestations à Livno et Orašje, tandis que des Serbes ont organisé des manifestations et des rassemblements à plus petite échelle à Prijedor, Banja Luka, Bijeljina et Zvornik.
    Bien que les manifestations soient nettement sociales, la question nationale, utilisée dans leur avantage par les élites politiques (mais pas totalement infondée dans le cas des Croates en Bosnie-Herzégovine), pose encore un grand problème. Beaucoup de Croates et de Serbes en Bosnie-Herzégovine sont encore méfiants et redoutent que les protestations ne prennent une tournure politique différente, citant, par exemple, l’évolution islamiste de la révolution égyptienne (bien que ce genre de scénario soit hautement improbable en Bosnie-Herzégovine). Ce genre de peur est fortement encouragé par les élites politiques et les médias, qui cherchent à empêcher les manifestations dans les parties croates et serbes de Bosnie-Herzégovine. Dans ce cadre, un large éventail de théories du complot a gagné une certaine popularité. Ainsi, les politiciens nationalistes bosniaques affirment que tout cela est un complot contre les Bosniaques, et les politiciens nationalistes croates prétendent que tout cela est un complot contre les Croates et les politiciens nationalistes serbes prétendent que tout cela est un complot contre les Serbes. Il est également très significatif que les intellectuels et les médias nationalistes croates et serbes coopèrent silencieusement en essayant désespérément de prouver que nous n’avons affaire qu’à un « printemps bosniaque ».
    Pourtant, tous ne sont pas sujets à ce type de propagande nationaliste. Par exemple, un syndicat de Drvar (dont la plupart des membres sont serbes) a apporté son soutien aux manifestants pour la plupart croates de Livno. En outre, l'organisation des vétérans de la partie serbe du pays a ouvertement averti son président, Milorad Dodik, qu’il devait absolument commencer à traiter les problèmes sociaux, l'injustice, les crimes de privatisation etc, ou autres. Cependant, à Bijeljina (dans la partie serbe de la Bosnie-Herzégovine) les manifestants soutenant la rébellion ont été accueillis par une contre-manifestation des nationalistes serbes. La même chose s'est produite lors d'une manifestation de solidarité à Belgrade en Serbie (en même temps, le syndicat de la police en Serbie a proclamé que dans le cas où les manifestations déborderaient sur les frontières de Serbie, ils n’interviendraient pas contre les manifestants). En Croatie, toutefois, les militants de droite et de gauche organisent dans les prochains jours des manifestations inspirées par ce qui se passe en Bosnie-Herzégovine.
    La situation en Bosnie-Herzégovine est très tendue en ce moment. Certains intellectuels et des personnalités publiques sympathisants de gauche se apportent leur soutien aux manifestations, mais la plupart des médias et l'ensemble de la classe politique sont unis contre eux. Il y a beaucoup de revendications nationalistes, de théories du complot, de faux manifestes, de fausses déclarations, de rapports, de récits inventés etc. Les élites et les intellectuels du régime tentent autant que possible de maintenir le statu quo. Pourtant, il est évident qu'il y a beaucoup de confusion dans les milieux libéraux, conservateurs et nationalistes. Leurs outils d'analyse et modèles explicatifs ne sont pas vraiment adaptés pour faire face à ce genre d’évolution, car ils ne peuvent pas vraiment percevoir la classe ouvrière, les chômeurs et les pauvres comme des sujets politiques très actifs. À cela s’ajoute un grand nombre de petits bourgeois faisant la morale sur les bâtiments brûlés, les « hooligans », la violence "inutile" et ainsi de suite. Les libéraux et les conservateurs appellent à des manifestations «pacifiques et dignes », même s’il est clair que s'il n'y avait pas eu de violence, rien de cela n'aurait pu se produire, et en dépit du fait que la coordination minutieuse de la politique et les médias ont maintenant clairement démontré que la démocratie et la «liberté de la presse « bourgeoise ont un sens.
    Comme toujours, les médias soulignent que les manifestants ne savent pas ce qu'ils font, qu'ils n'ont pas d'objectifs clairs. Mais ce n'est pas vrai. Les revendications des manifestants se clarifient de jour en jour. Par exemple, les travailleurs et les manifestants de Tuzla, qui sont les plus progressistes, politiquement cohérents et clairs, ont exigé un retour en arrière sur les privatisations de Dita, Polihem, Poliolhem, Gumara et des usines Konjuh, la protection de la santé des travailleurs, la lutte contre les crimes économiques, la confiscation des richesses acquises illégalement, les nationalisations d'usines et le contrôle des travailleurs, des salaires plus équitables, en réduisant les privilèges de l'élite politique, etc. Il est encore difficile de dire ce qui va en sortir et ce qui n’est que de la rhétorique.
    Une des choses les plus intéressantes pour la gauche est peut-être l'apparition du corps révolutionnaire organisé appelé « plénum », à Tuzla, coeur de la rébellion (où l'ancien gouvernement a remis sa démission il y a quelques jours). Les manifestants dans la capitale Sarajevo et dans la ville de Zenica tentent également d'organiser un plénum. Le plénum (ou assemblée générale) est comparable dans son essence aux soviets russes originels. Les manifestants s'en servent pour prendre des décisions collectives et formuler des exigences d'une manière démocratique directe. Ce qui est intéressant, c'est que l'idée du plénum, en tant qu'organe politique de protestation pour la prise de décision démocratique, vient de la grande vague croate des occupations étudiantes en 2009, que le mouvement étudiant croate a eu l'idée de reprendre au mouvement étudiant de Belgrade de 2006. C'est un bel exemple de coopération militante et des influences réciproques de la gauche post-yougoslave.
    Certaines des exigences du plénum de Tuzla, acceptées par ce qui reste de l'ancien gouvernement, étaient la formation d’un nouveau gouvernement de canton de transition, constituée de candidats proposés par les gens de la région, à l'exclusion des personnes déjà compromises par leur participation à des gouvernements précédents ou en étant membres des anciens partis politiques. Le gouvernement nouvellement élu devrait également percevoir des salaires beaucoup plus bas et ne pas avoir de privilèges supplémentaires. Tout le monde peut participer, discuter et voter au plenum, à l'exception des membres des anciens partis et gouvernements (ce qui constitue essentiellement cette « dictature du prolétariat », pour reprendre des termes classiques. Ce type de prise de décision démocratique est très louable, pour l'instant, cela semble une chose temporaire, mais ce type de décision est très problématique pour représenter l'ensemble de la ville (voire du canton). Le 10 février, la session du plénum Tuzla a réuni, selon les participants, environ 200 personnes, alors que l'ensemble de la population de Tuzla est d'environ 130 000 personnes.
    Il est impossible de dire comment les événements vont évoluer. Une chose est certaine, la Bosnie-Herzégovine (et la région) ne sera pas le même après cela. On pourrait dire que déjà beaucoup (au moins symboliquement ) a été accompli, en particulier lorsque l'on considère le fait qu’en Bosnie-Herzégovine (et dans l’ex-Yougoslavie en général) il n'y a pas d’organisations de gauche de masse (ou même un peu développées). Les idées et le débat public ont déjà évolué. Les élites craindront certainement plus les gens à l'avenir, pas seulement en Bosnie-Herzégovine. On peut espérer que tout cela va aider à la formation et à la croissance des forces progressistes et des organisations dans le pays.
    Les développements dramatiques en Bosnie-Herzégovine ont causé beaucoup d’émoi dans le pays lui-même et dans les pays voisins. Cependant, à l'Ouest, les événements de Bosnie-Herzégovine ont été largement ignorés. Alors que les médias occidentaux consacrent beaucoup d'attention à l'Ukraine, où l'Union européenne et l'Ouest ont des intérêts acquis concrets, le bouleversement social en Bosnie-Herzégovine (certes, pour être honnête, un pays beaucoup plus petit), n’est clairement pas quelque chose de réjouissant pour les élites capitalistes / libérales européennes (surtout depuis que la Croatie voisine est devenue le plus récent membre de l'UE),et est le plus souvent ignoré.
    Mais je trouve étonnant que la gauche en Europe de l'Ouest soit aussi si peu au courant de ce qui se passe dans notre région. Ce n'est, malheureusement, pas vraiment surprenant, mais ce n'est pas glorieux pour des forces politiques qui se vantent de leur internationalisme. La gauche, en particulier la gauche dans les pays occidentaux développés, doit travailler beaucoup plus dur à surmonter son « esprit de clocher ». La gauche, qu'elle soit intellectuelle / universitaire ou parlementaire, devrait être internationaliste pas seulement en théorie mais aussi en pratique. Ce qui se passe en Bosnie-Herzégovine est tout à la fois très intéressant et important pour la gauche en général.
    Vous trouverez une lettre ouverte de soutien aux citoyens de Bosnie-Herzégovine (publiée le 12 février 2014 sur le site du CADTM) à droite à «Documentation».


Related articles