• Grève générale européenne le 14 novembre : Un des événements les plus importants, au cours de ces années de crise
  • Le 14 novembre en Grèce

  • Auteur Dimitris Karamanis | 04 Dec 12 | Posted under: Grèce
  • En Grèce, le 14 novembre a été marqué par des manifestations à Athènes et Thessalonique, dont l'objet essentiel était l'envoi d'un message de solidarité aux Espagnols, Portugais et Italiens qui luttent également contre l'offensive néolibérale.

     

    La place Syntagma, l'emblème de la lutte que les Grecs ont menée depuis l'arrivée de la Troïka (CE, BCE et FMI) mai 2010, a été envahie par de jeunes militants de SYRIZA et d'autres groupes, agitant des drapeaux énormes de la Grèce, du Portugal et de l'Espagne. D'un autre côté, les syndicats, bien qu'ils aient décidé de participer, étaient presque absents des manifestations.

    Il faut souligner que, une semaine avant le 14 novembre, le gouvernement grec, des conservateurs de la Nouvelle Démocratie, des sociaux-démocrates du PASOK et de la Gauche démocratique (qui a été créée en 2010, après une scission du SYRIZA), a voté le nouveau paquet d'austérité de 19 milliards d'euros.Les syndicats ont décidé une grève générale de deux jours les 6 et 7 novembre contre les mesures d'austérité. Ces journées ont été marquées par des manifestations massives partout en Grèce, et en particulier à Athènes. Le 7 novembre (le jour du scrutin) les routes d'Athènes étaient occupées par des milliers de personnes qui manifestaient devant le Parlement sous une pluie battante et, comme d'habitude, la brutalité policière.

    SYRIZA était la principale force soutenant la grève et fortement opposée, à la fois dans et en dehors du parlement, au nouveau plan d'austérité. Le moment le plus remarquable a été quand les 72 députés de la SYRIZA ont quitté le bâtiment du parlement au cours de la discussion sur le nouveau paquet et rejoint les milliers de manifestants sur la place Syntagma, tenant une bannière énorme avec le principal message au gouvernement grec néo-libéral : "Vous êtes en train de ruiner le pays - Allez-vous en maintenant".

    La Grèce est actuellement confrontée à la réalité d'une récession de son économie pour une autre année, le taux de chômage officiel se situe à 26% (le taux de chômage des jeunes s'élève à 58%), de nouvelles mesures fiscales vont toucher davantage les revenus de la population, la loi a tué la négociation collective et de nouvelles coupes frappent l'État-providence.

    En dehors de cela, l'émergence de l'Aube d'or néo-nazi a créé un nouvel état ​​de peur et de terreur contre les immigrés et les militants.Le mouvement anti-fasciste a fait quelques pas face à ce danger, avec beaucoup d'assemblées dans les quartiers et les manifestations contre les néo-nazis.

    Après ces développements, SYRIZA est devenu le plus grand espoir de la classe ouvrière grecque, des jeunes, des pauvres et des chômeurs. Alexis Tsipras, le chef de la coalition, a déclaré qu'il n'y avait pas d'avenir pour ce gouvernement et ses désastreuse politiques néolibérales, il y a donc un besoin urgent de faire pression pour de nouvelles élections, dès que possible. Tous les sondages récents montrent que, à cette occasion, SYRIZA sera en tête de la course.

     


Related articles