Source : Pixabay
  • 12 Juin 2021 - 12 Juin 2021
  • en ligne
  • Conférence web internationale
  • Réponses économiques de plusieurs États de l'UE face au déclenchement de la pandémie de Covid

  • Pivoter vers la transformation socio-écologique ou perpétuer l'exploitation néolibérale des humains et de la nature ? Présentation d'une série d'études concernant les réponses économiques nationales apportées par plusieurs États membres de l'UE lors de l'irruption de la pandémie de Covid-19 en 2020. Une conférence à l'initiative de transform!

    Vous trouverez l'eDossier à droite / en bas (version mobile) dans Documentation (PDF en anglais).

    La crise pandémique de 2020 a placé les économies européennes sous des pressions énormes. après s'être repliés dans un premier temps sur des solutions nationales, par exemple la fermeture des frontières pour empêcher les exportations de produits médicaux, les gouvernements ont ensuite commencé à réfléchir, mettant progressivement en place des plans d'assistance à destination de leurs économies nationales — certains ont même rêvé d'un « bazooka financier ». C'est dans ce contexte que transform! europe a demandé l'an dernier à des universitaires de neuf pays européens d'analyser les différentes mesures économiques que les gouvernements ont choisi d'adopter pour soutenir leurs économies nationales.

    Les questions posées étaient : Dans quels secteurs l'argent a-t-il été investi ? Des garanties d'emplois ont-elles été apportées — a-t-on tenté de créer de nouveaux emplois, de « bons » emplois — c'est-à-dire des emplois qui soient à l'opposé d'emplois précaires ? L'argent a-t-il été orienté uniquement vers la production et les services en place, lesquels présentent un impact souvent négatif pour l'environnement ainsi que pour les travailleuses et travailleurs ? Ou bien de l'argent a-t-il également été investi dans la transformation socio-écologique ? A-t-on envisagé de créer et de préserver de « bons » emplois via une politique industrielle active dans les pays concernés, ou bien l’argent sortira-t-il des frontières (par exemple pour l’achat de panneaux photovoltaïques et d’éoliennes) ? Dans quelle mesure les organisations syndicales ont-elles été associées à la planification de ces mesures ?

    Les mesures économiques et les plans de sauvetage adoptés par les gouvernements européens — bien que meilleurs que ce qui avait été fait après la dernière grande crise déclenchée par l’effondrement de la banque Lehmann Brothers — sont loin d’être suffisants pour en finir avec la surexploitation des personnes et de la nature. Ils ne permettent pas de prévenir la transgression des limites planétaires.

    En 2021, les débats sur la question de savoir qui supportera les coûts de la pandémie se sont poursuivis sans relâche. Quelles leçons, positives et négatives, pouvons-nous tirer des expériences de politique économique de l’année 2020 ? Quels sont les dangers mais aussi les points positifs à retenir à gauche dans toute l'Europe ?

    Les études présentées n'ont pas été conçues comme un objectif en soi, mais plutôt comme des enquêtes sur les conséquences politiques possibles.

     

    12 juin 2021
    12 h – 17 h (CET)


Programme

12 h – 17 h

Introduction :
Roland Kulke (transform! europe)

Le premier panel donnera la parole aux rédactrices et rédacteurs des études concernant les États du nord de l'UE :

Pologne (à confirmer), République tchèque (Ilona Švihlíková), Allemagne (Michael Schwan), France (Pauline Debanes) et Irlande (Emma Clancy) pour un débat avec le public sur les enjeux essentiels.

Le second panel présentera les résultats des enquêtes concernant les États du sud de l'UE :
Grèce (Eleftheria Angeli), Italie (Matteo Gaddi), Espagne (à confirmer), et Portugal (Mauricio Dias).

Dans le troisième panel interviendront :

Valentina Orazzini (FIOM, Italie), Martina Comparelli (Fridays for Future, Italie) et Judith Dellheim (RLS, Allemagne) qui discuteront sur les conclusions à tirer des résultats des enquêtes menées.